Financement de la campagne électorale : Le FCC verse-t-il dans l’extorsion de fonds ?

Partager
  • 10
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    10
    Partages

La Coopérative minière d’encadrement des Jeunes du Lualaba (CMEJL) basée à Kolwezi, dans la province du Lualaba, racketterait les entreprises minières chinoises, oeuvrant dans cette partie du pays, pour soutenir la campagne électorale des candidats du FCC. Une situation inadmissible dont l’autorité judiciaire doit s’en saisir.

Tout est parti d’une note circulaire N° 02/2018, datée du 26 novembre 2018 et signée par le président de la Coopérative minière d’encadrement des jeunes du Lualaba (CMEJL), René Nguz ; le 1er vice-président, Dieudonné Kahilu Tshisola ainsi que par la trésorière de cette structure, Julie Kabey.

Cette note qui circule sur les réseaux sociaux, parvenue à la rédaction de LePotentielonline, est adressée « à l’attention de nos partenaires chinois », lit-on dans le titre. En effet, le comité de gestion de la CMEJL -cette structure qui semble être un regroupement très proche du pouvoir-, demande aux sociétés chinoises disposant de comptoirs d’achat de minerais à Kalorina et ailleurs de verser 2000 dollars américains chacune pour les besoins de la campagne électorale des candidats du Front commun pour le Congo (FCC).

« Il est porté à la connaissance de leurs partenaires chinois ayant des dépôts d’achat de minerais à Kalorina et ailleurs de verser chacun cette somme « non remboursable en vue de permettre à la Coopérative de mieux préparer le lancement, ce mercredi 28 novembre 2018, de la campagne électorale en faveur de candidats FCC : Ramazani Shadary à la Présidence de la République, Son Excellence Monsieur Richard Muyej à la députation nationale et son Excellence Jean Marie Tshizainga, à la Députation Provinciale », demandent les trois membres du comité de gestion de la CMEJL, ci-haut cités.

Cette circulaire fait jaillir la lumière sur les méthodes peu orthodoxes qu’utilisent certains groupes proches du pouvoir pour racketter les investisseurs étrangers.

La question que l’opinion se pose est celle de savoir: les instances du FCC sont-elles au courant ou couvrent-elles les actes de la Coopérative minière d’encadrement des jeunes du Lualaba ? En tout état de cause, la justice doit se saisir de cette affaire qui ne doit certainement pas être un cas isolé.

François MENDY, correspondant à Paris

One thought on “Financement de la campagne électorale : Le FCC verse-t-il dans l’extorsion de fonds ?

  1. Chassez le naturel…
    Il n’y a rien d’étonnant au sujet du comportement malhonnête du dirigeant mentionné dans cet article. Il ne fait que suivre la ligne tracée par les dirigeants du PPRD et du FCC : puiser dans les caisses de l’État pour servir un dinosaure de ces groupes n’a rien de répréhensible. Durant seize ans, nous avons vécu une fusion illicite permanente entre les poches des individus et les deniers publics sans que quiconque ne s’en inquiète sur le plan moral, même pas l’Autorité morale Kabila. Extorsion, vol, dilapidation, escroquerie, prédation, spoliation, intimidation sont des mots qui n’existent pas dans le chef des membres de ce parti politique. Savez-vous ce qu’il advient des 50 dollars US que chaque passager paie à l’aéroport de N’djili , sans oublier les 5 dollars de plus qui reviennent à la ville-poubelle de Kinshasa? Toute personne qui se croit ouvrière de l’Autorité morale s’octroie le droit de mener des campagnes de financement illégaux au vu et au su de tout le monde innocent. C’est cela que nous devons dénoncer sans cesse, sinon la malhonnêteté et l’impunité vont continuer dans cet État-jungle. Notre seul espoir d’en finir une fois pour toutes avec ces prédateurs d’hier et d’aujourd’hui est d’aller voter ce 23 décembre en toute bonne foi, l’oeil ouvert, tout en nous disant que les tricheurs habituels du PPRD ont déjà fourbi leurs armes pour ne pas se retrouver du jour au lendemain avec des projets sans provisions.

    le patriote Vini Mbilo
    Canada

Comments are closed.