RDC : l’épidémie à virus Ebola devient la deuxième plus nocive au monde entier

Partager
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

L’épidémie à virus Ebola sévissant dans les provinces du Nord – Kivu et de l’Ituri est devenue la deuxième plus nuisible au monde entier, a constaté ce vendredi 30 novembre 2018 le ministre de la Santé publique, Oly Ilunga. Cette maladie a déjà fait 245 morts parmi les 426 cas confirmés.

Hervé Ntumba

Dans son message diffusé le week-end dernier, Oly Ilunga a déclaré que la pandémie qui sévit au Nord-Kivu est devenue la deuxième plus grande épidémie d’Ebola au monde, après celle de l’Afrique de l’Ouest. En sachant que l’épidémie la plus meurtrière à ce jour s’est déclarée en Afrique de l’Ouest en décembre 2013 et elle a duré plus de deux ans faisant plus de 11.300 morts sur 29.000 cas recensés. « Les traitements préventifs nous ont permis d’éviter d’avoir déjà des milliers de cas et de morts », a ajouté le ministre de la Santé publique.

Dans cette optique, il faut savoir que cette maladie qui sévit dans une zone confrontée à des confits armés dépasse aussi celle qui a frappé pour la première fois l’Ouganda en septembre 2000. En cinq mois, 425 personnes contractent le virus qui fait 224 morts. D’où, cela démontre qu’Ebola est avant tout une maladie avec une dimension sociale.

Quant aux autres autorités sanitaires, 87 cas suspects sont déjà en cours d’investigation. Déclarée depuis le 1er Aout 2018, l’actuelle épidémie reste dangereuse. D’ailleurs, une vaste campagne de lutte contre le paludisme a été lancée à Beni, épicentre de l’épidémie d’Ebola, dans le but de faire face à toute autre maladie qui emporte facilement les personnes. Cette campagne vise aussi à distribuer gratuitement des moustiquaires imprégnées et des médicaments contre le paludisme, l’une des premières causes de mortalité au monde.