Fizi: violents affrontements entre les miliciens Maïmaï et les FARDC à Mboko ce lundi matin

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des violents combats ont opposé les forces armées de la République Démocratique du Congo et les miliciens Maïmaï tôt le matin de ce lundi 3 décembre 2018 à Mboko, chef-lieu du secteur de Tanganyika, situé à 45 d’Uvira et 45 Km de Baraka et 15 Km du camp de Lusenda au Sud de la province du Sud-Kivu.

Cette information est confirmée par le Chef de groupement Babungwe Nord, le mwami Charles Sadi N’simbi qui indique qu’actuellement les forces loyalistes contrôlent la situation sur terrain.

« Les combats ont commencé depuis 5 heures 50 et ils viennent de diminuer et la situation est sous contrôle de nos forces armées. On ne sait pas encore identifier qui sont-ils mais ils parlaient la langue locale, le Kibembe. On ne sait pas dire c’est quel groupe entre Yakotumba et les autres mais on sait que ce sont des Maïmaï qui parlaient la langue locale. Pour l’instant, la situation vient à peine de se calmer et on ne connait pas encore les dégâts. C’est maintenant qu’on va sortir pour suivre la situation avec nos forces qui sont ici. La situation est sous contrôle des Fardc parce qu’on entend déjà des coups de feu vers les montagnes » témoigne le mwami N’simbi.

Les sources de la société civile locale parlent des Maimai Yakotumba qui ont attaqué le centre de Mboko. « Actuellement nous venons de constater 4 blessés non encore identifiés qui sont transférés à l’hôpital de Nundu » dit à Laprunellerdc.info, un acteur de la société civile sur place.

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo ont annoncé ce dimanche 2 décembre 2018, la mort de 12 combattants Maïmaï de la coalition Yakotumba, FNL et She Hassan dans des affrontements de Majaga à environs 80 Km de Mboko dans le territoire de Fizi au Sud-Kivu.

Dans un communiqué, le porte-parole adjoint de la 33ième Région militaire basée à Bukavu annonce que les FARDC continuent à poursuivre cette coalition dans ces forêts du Sud de la province.

A part les rebelles, l’armée reconnaît la perte de 3 militaires, « noyés dans une rivière ».

Le commandement de la 33ème région militaire basée à Bukavu demandait aussi aux jeunes de se désolidariser des forces rebelles en collaborant efficacement avec l’armée afin de mettre l’ennemi hors d’état de nuire.

La Prunelle.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *