Document : La Belgique dément préparer une opération militaire à Kinshasa

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Par courrier Numéro 201800251, en date du 28 novembre 2018, l’Attaché de Défense de l’Ambassade de Belgique à Kinshasa a notifié au Chef d’Etat-Major Général des Forces armées de la République démocratique du Congo, le Lieutenant Général Mballa, que la Belgique ne prépare pas une opération militaire à Kinshasa.

C’est par un courrier daté du 28 novembre dernier et adressé au Chef d’Etat-Major Général des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), le Lieutenant général Mbala, que l’Attaché de Défense de l’Ambassade de Belgique à Kinshasa, Bart de Cuyper, a démentie les informations faisant état que 500 para-commandos belges qui seraient embarqués dans des avions à destination de Brazzaville (Congo) en vue d’une opération sur Kinshasa.

En effet, une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux montre des para-commandos belges se préparant à embarquer dans des avions. Celle-ci est accompagnée d’une interview disant que ces militaires embarquent pour Brazzaville.

Cette vidéo qui a obligé Bart de Cuyper, Colonel Breveté d’Etat-Major, de faire une mise au point aux autorités congolaises. Et dans un style solennel, il affirme que la vidéo dans laquelle on voit ses para-commandos belges se préparant à embarquer dans des avions de types C-130 date de 1997 et que donc, ne serait pas d’actualité.

Il a saisi cette opportunité pour informer le Chef d’Etat-Major Général des Forces Armées de la République Démocratique du Congo que la Belgique a entamé des démarches pour l’ouverture d’une Ambassade en République du Congo, et qu’il pourrait que cela se concrétise au début de décembre.

Il lui a notifié aussi que « la mise en place du matériel afférent et les procédures sont, comme c’est d’usage, confié à des militaires. » Et que « lors des premières semaines qui suivent cette ouverture, il y aura une délégation militaire qui visitera ce poste à Brazzaville. »

François MENDY, Correspondant à Paris