Tout pour convaincre

Partager
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

Plus que dix sept jours pour la tenue du scrutin du 23 décembre 2018 en RDC. Sur le terrain, différents candidats se jettent déjà dans l’eau. Chacun fournit des efforts pour convaincre ses électeurs. Du coup, les données réelles de terrain feraient croire qu’à ce stade « tous les coups sont permis ».

Arguments contre arguments, qu’ils soient fondés ou pas, chacun des candidats tente de convaincre ses électeurs, promettant ciel et terre en cas de victoire le 23 décembre 2018. Curieusement, le go est toujours donné par la partie Est de la RDC. Un coin où les compatriotes sont tués à coups de machettes à l’indifférence totale de ceux qui ont la charge d’assurer la sécurité des citoyens et celle de leurs biens. Gravissime.

Sous d’autres cieux, des prétendants aux postes de décision, principalement ceux qui aspirent à l’occupation du Palais de la nation, se préoccuperaient de s’assurer que leurs électeurs vivent normalement. Mais bon, l’on se précipite à aller à l’encontre des électeurs. Même ceux qui ont déjà montré leurs limites dans la gestion de la chose publique, ont le culot de promettre des merveilles au peuple congolais. Merveilles qu’ils n’ont pourtant pas été capables de réaliser pendant plus d’une décennie. Le peuple n’est pas dupe. Il faut se le dire.

Le peuple congolais, quant à lui, reste observateur. Des sanctions négatives arrivent à grands pas. Ceux qui ont toujours chosifié le peuple congolais ; ceux qui, pendant des décennies, n’ont eu pour préoccupation que clochardiser le peuple congolais ; doivent déjà déchanter. Ça, c’est sûr.

Même feu le maréchal Mobutu de triste mémoire redevient Saint aux yeux de ceux qui l’ont vilipendé depuis des années, rien que pour tenter d’obtenir les voix de certains électeurs, du moins ceux qui portent encore à ce jour, le tout puissant maréchal qui a significativement contribué à la descente aux enfers du pays de Lumumba.

Qu’à cela ne tienne, convaincre les électeurs demeure quelque chose de très difficile, surtout quant on sait que ce peuple ne sert que de marche pied pour accéder au pouvoir. Une fois arrivé, son bien être devient le cadet des soucis de ces politiciens de honte. Une chose est vraie qu’après les élections de 2006 et 2011, les Congolais ont déjà compris à qui ils ont à faire au sommet de l’Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *