Élections/RDC : un mauvais départ de l’opposition pour une campagne paisible

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

L’opposition s’inquiète du non-respect de la liberté d’expression comme prévue dans la Constitution pendant la campagne électorale. En fait, des tracasseries sont enregistrées dans les deux camps de l’opposition. Félix Tshisekedi et Martin Fayulu en sont déjà des victimes.

Après un accueil triomphal à Goma mardi, le duo Tshisekedi-Kamerhe a, au cours d’un point de presse, fustigé l’attitude du gouvernement pour avoir intimidé les pilotes de ne pas leur louer l’avion. Alors que ce duo pourrait se rendre à Walikale dans le Nord-Kivu. Et cette tracasserie n’a pas épargné la coalition « Lamuka ». Cette dernière a accusé le pouvoir en place d’avoir retardé le départ de l’avion de Kinshasa.

Toutefois, l’Organisation des Nations unie (Onu) a invité toutes les parties (gouvernement et opposition), à s’engager de manière pacifique et constructive dans ce processus, afin de garantir la transparence, la paix et sa crédibilité en RDC ainsi que dans la région. Les Nations unies ont invité le pouvoir en place de cultiver un climat de paix, en accordant la liberté de l’expression pour chaque candidat.

Duo Tshisekedi-Kamerhe à Bukavu

C’est aujourd’hui que le duo Tshisekedi-Kamerhe s’est rendu à Bukavu pour poursuivre leur campagne électorale où de milliers de militants attendent son arrivée. Il s’agit d’une deuxième tournée de la campagne de Felix à l’Est du pays. Donc, les trois « grands » candidats de l’élection présidentielle en République démocratique du Congo ont définitivement lancé leur campagne électorale.

Pour rappel, Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin du président hors mandat Joseph Kabila, a été le premier à lancer sa campagne, bien avant la date autorisée par la loi électorale. Mais le candidat du pouvoir ne semble guère s’arrêter à ces « détails » légaux, comme le montre le soutien sur le terrain des ministres du gouvernement, des gouverneurs ou les facilités pour bénéficier des structures de l’Etat.

D’autre part, l’insécurité complique la campagne électorale à Lubero. Quatorze jours après le lancement de la campagne électorale en RDC, certains candidats déclarent éprouver encore des difficultés énormes pour atteindre leurs fiefs électoraux dans la province du Nord-Kivu, a indiqué mercredi 5 décembre à Goma, la coordination provinciale de la Société civile.

Il revient au gouvernement en place de mettre toutes les précautions pour restaurer un climat de paix pendant la campagne électorale, en favorisant la liberté d’expression de tous les candidats.

Hervé Ntumba

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *