Martin Fayulu à Béni : le grand triomphe

Partager
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

Carton plein à Beni pour Martin Fayulu, candidat de « Lamuka » à l’élection présidentielle de décembre prochain. Ville meurtrie par une série des massacres, Beni a reçu du candidat n°4 un message d’espoir. Avant de mettre le cap vers Butembo, Martin Fayulu a pris la mesure de sa popularité et l’espoir qu’il incarne pour le peuple congolais tout entier. L’accueil chaleureux reçu à Beni témoigne de l’adhésion populaire à son programme de bâtir un « Congo digne et prospère ». Un grand triomphe qui fait déjà des jaloux.

Par Le Potentiel

A presque deux semaines de la présidentielle du 23 décembre 2018, Martin Fayulu, candidat de Lamuka à la présidentielle du 23 décembre 2018, a enfin entamé mercredi sa campagne électorale par la ville martyre de Beni, dans le Nord-Kivu.

Tôt le matin, toute la population de Béni s’était mobilisée pour marquer son adhésion au candidat commun de l’opposition. Et que dire de l’aéroport de Mavivi, pris d’assaut par une foule immense qui a tout abandonné pour communier avec celui qui marque l’espoir du renouveau de la République démocratique du Congo.

C’est par un jet privé que Martin Fayulu a quitté Kinshasa dans l’avant-midi de mercredi. Destination : Beni, avec un transit à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Le candidat commun de l’opposition avait à ses côtés Eve Bazaïba, directrice adjointe de campagne, Adolphe Muzito, leader du Nouvel élan, partie signataire de l’accord de Genève.

C’est vers 17h35 (heure de Beni) que l’aéronef transportant le candidat commun de l’opposition s’est posé sur la piste de l’aéroport de Mavivi. Les agents de la Régie des voies aériennes (RVA) avaient du mal à contenir la foule qui a pratiquement investi la piste de l’aéroport.

Selon des témoignages concordants, c’est depuis les premières heures de la journée que toute la ville de Beni s’était mobilisée pour accueillir celui qui porte l’espoir d’un Congo digne et prospère dans les prochaines années.

Les espoirs d’un peuple meurtri

Présent à l’arrivée de Fayulu dans la ville de Beni, Muhindo Nzangi, député national en charge de la campagne de Fayulu au Nord-Kivu, n’a a pas pu se retenir. « C’est l’émotion, ils veulent vraiment toucher Martin Fayulu. Nous sommes en train de prendre des mesures pour empêcher les débordements. Mais je crois c’est l’ambiance de la campagne en attendant Fayulu », a-t-il déclaré à actualité.cd.

Martyrisée par des massacres en série imputés aux rebelles ougandais de l’ADF face auxquels Kinshasa demeure impuissant, la population attend de Fayulu des solutions à leur corvée.

« Je suis venue l’accueillir parce que j’ai trop souffert. Je vivais à Mayangose, mais quand les ADF ont tué les frères à Beni, je me suis e ici à Mavivi. Et nous avons appris que Fayulu arrive, c’est ainsi que nous avons hissé notre drapeau [Ndlr : du MLC]. Nous l’attendons pour que nous retrouvions la paix. Nous avons trop souffert, ceux qui sont au pouvoir ne travaillent pas pour notre bien-être, nous espérons qu’il va faire mieux. Que la guerre prenne fin, nous voulons la paix, il y a trop d’orphelins et de veuves. Je pense qu’une fois élu, il va nous aider », a dit à actualite.cd, une militante du MLC présente à l’aéroport.

Après le bain de foule de l’aéroport, Martin Fayulu a pris la route, soit près de 15 km, avant d’accéder au centre-ville de Beni où l’attendait un monde fou réuni au rond-point du 30 Juin où il a tenu à la tombée de la nuit un meeting marquant le lancement de sa campagne électorale.

Beni, ville martyre où opère un ennemi, généralement connu sous le nom de l’ADF, a donc bravé la peur. Toute la population n’a de regards que sur Martin Fayulu, « le soldat du peuple », qui incarne désormais un nouveau départ pour la RDC. Dans la ville de Beni, le nom de Fayulu est sur toutes les lèvres desquelles sort un chant indiquant que les autres candidats ont été rejetés et que seul Martin Fayulu est adopté dans cette partie de la RDC.

En effet, tous ne jurent que par le candidat n°4 à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018. C’est sur lui que repose désormais l’espoir d’une nouvelle vie dans une ville de Beni, plus que jamais sécurisée.

A Beni, Martin Fayulu a eu droit à une marche de triomphe ; un grand triomphe qui l’amène droit vers le chemin de l’alternance. A Beni, Lamuka a aussi confirmé l’ancrage populaire de son leader.

Donné pour « mort-né », l’accord de Genève est bel et bien là. Et Martin Fayulu, le candidat commun sorti de cet accord, confirme chaque jour qui passe sa communion parfaite avec le peuple congolais pour lequel l’alternance démocratique s’impose comme le passage obligé pour ouvrir une nouvelle page de l’histoire de la RDC. Où la prospérité partagée rimera avec la paix et la sécurité.

Comme à Kinshasa, lors des on retour de Genève, Martin Fayulu se confirme. C’est le candidat, à côté de 21 autres validés par la Céni, qui porte un nouveau message au peuple congolais. Avec lui, la route de l’alternance est bien tracée au terme de la présidentielle du 23 décembre 2018.

Beni a soif de la paix et de la sécurité. Il l’a démontré mercredi en réservant un accueil chaleureux à Martin Fayulu. De l’aéroport de Mavivi jusqu’à la place du 30 juin dans le centre-ville de Beni, la foule ne scandait qu’un seul : la paix. En effet, à Beni, comme ailleurs, Martin Fayulu est le symbole du renouveau de la RDC. Après les promesses non tenues de Kinshasa, tout l’Est voie en Fayulu celui le porteur d’un nouvel espoir.

Pas étonnant que, dans son programme pour les cinq prochaines années, Martin Fayulu ait promis de déplacer l’actuel camp Kokolo de Kinshasa vers la ville de Beni pour contenir les assauts ennemis, sans compter la mise en place d’une unité permanente de surveillance des frontières pour contrôler tous les mouvements des groupes armés, soient-ils internes ou étrangers. Message capté cinq sur cinq par la population en liesse.

En bravant la peur, malgré le climat d’insécurité, Beni a envoyé un message fort qui s’est répercuté sur l’ensemble de la RDC.

Cap vers Butembo

Après son grand triomphe à Beni, c’est la ville de Butembo, toujours dans le Nord-Kivu qui s’apprête à accueillir le candidat de Lamuka à la présidentielle.

Gare à ceux qui n’ont pas cru au message de Lamuka. Car, avec Martin Fayulu, c’est la donne électorale qui est en train de changer. Le 23 décembre 2018, l’alternance démocratique va se conjuguer avec Martin Fayulu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *