Présidentielle/RDC : l’opposition fait un carton plein à l’Est

Partager
  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages

Malgré certaines divergences entre la coalition Cap pour le changement (CACH) et la coalition « Lamuka », les populations de l’Est de la République démocratique du Congo croient en une alternance politique. A cet effet, elles n’hésitent pas de répondre massivement aux invitations que lancent ces deux plateformes de l’opposition.  

A l’Est de la République démocratique du Congo, on assiste à une forte mobilisation pendant la campagne électorale. Les deux leaders (candidats) de l’opposition arrivent chacun à persuader les électeurs à travers de différentes promesses qu’ils vont réaliser en cas de victoire.

Pour ce faire, chacun essaye de s’attaquer aux différents problèmes que connait chaque province dans son ensemble.  À Goma, le duo Tshisekedi-Kamerhe a réussi parfaitement à mobiliser les électeurs, en leur promettant de restaurer la paix en cas de victoire. Les deux leaders ont été accueillis par des milliers de militants de leurs partis qui les applaudissent. A Bukavu, les deux leaders promettent d’améliorer les conditions des militaires et policiers, une fois leur coalition va remporter la présidentielle du 23 décembre.

« Nous allons mettre notre priorité sur l’amélioration des conditions de vie des militaires et policiers et cela passe par leur bon encadrement. La place du militaire c’est au camp et le camp ne doit pas être au milieu de la ville. Mais comment voulez-vous que le militaire reste dans le camp alors que ses conditions de vie sont médiocres», a déclaré Vital Kamerhe devant les nombreux militants du cap pour le changement.

Par ailleurs, le président de la coalition « Lamuka », Martin Fayulu, a, dans son discours devant une foule immense à Goma, critiqué sévèrement le règne de Joseph Kabila qui selon lui, se résume en priori en deux points : l’insécurité et l’absence de l’Etat de droit. Mais il insiste toujours sur le rejet de l’utilisation de la machine à voter. Il a rendu hommage au Colonel Mamadou Ndala, commandant de l’Unité de Réaction Rapide (URR) commando tué en 2014 dans une embuscade des hommes armés à Ngadi, au nord de la ville de Beni.

Donc, les deux candidats à la course présidentielle mettent le cap pour l’alternance en vue d’améliorer les conditions de vie des populations. Dans leur discours à l’Est du pays devant des foules, Felix Tshisekedi et Martin Fayulu s’attaquent plus à l’insécurité qui est devenue une monnaie courante, constate-t-on. D’où, l’intérêt des populations s’est focalisé sur ces deux leaders battant campagne dans cette partie du pays.

Hervé Ntumba

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *