Incidents malheureux

Partager
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages

Le processus électoral avance-t-il droit dans le mur ? Au fur et à mesure qu’on s’approche des élections du 23 décembre, la campagne électorale prend de plus en plus une tournure dangereuse. Comme dans une basse-cour, les fiefs électoraux de certains candidats n’admettent pas la présence d’autres coqs que le leur. Du coup, ici et là, le feu s’allume et les étincelles sont en l’air. Et quand les agents de l’ordre s’y mêlent, c’est toute la fête qui est gâchée.

Le dernier spectacle désolant, c’est celui vécu mardi à Lubumbashi, où les éléments de la police ont dispersé à coup de gaz lacrymogène le candidat président de l’opposition, Martin Fayulu, et ses militants. Encore une fois, les caciques du régime ont lâché la brise à la soldatesque, perpétrant ainsi des scènes d’intolérance d’une autre époque et insupportables à avaler. À qui profitent tous ces incidents ? Qui donnent l’ordre aux agents d’user de la violence sur certains candidats ?

Quel que soit le bout par lequel on va le prendre, l’acte posé sur le candidat de « Lamuka » dépasse tout entendement. Le gouvernement qui a la mission d’assurer la sécurité de tous les candidats en cette période de campagne électorale, a le devoir de veiller sur l’équilibre et l’équité pour tous les candidats quelle que soit leur couleur politique. Mais surtout, il faut punir les auteurs de ces exactions puisqu’ils opèrent à découvert et donc bien connus de leur hiérarchie.

Sinon, avec ce décor de terreur qui se plante un peu partout à travers le territoire national, il y a lieu de craindre le débordement et le chaos. Avec un climat préélectoral infesté, peut-on encore s’attendre aux élections apaisées ?

La violence appelle la violence. En cette période où la RDC négocie le virage périlleux de sa destinée historique, la démocratie gagnerait si les uns et les autres jouent véritablement à l’apaisement, en mettant, chacun, un peu d’eau dans son vin. Le chemin de l’alternance passe par le respect des règles de jeu démocratique et surtout par la tolérance mutuelle.

Le Potentiel