Semaine décisive

Partager
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages

La présidentielle, les législatives nationales et provinciales ne sont plus qu’à moins d’une semaine. Cette semaine devrait déboucher à la date du 23 décembre avec la tenue de ces scrutins tant attendus.

Les Congolais gardent leur souffle. La communauté internationale aussi. Car, rien n’est acquis. L’incendie d’un des entrepôts centraux de la Commission électorale nationale indépendante à Kinshasa suivi d’une attaque armée d’un autre entrepôt de la Ceni à Beni, sont la preuve que ces élections ne sont à l’abri de rien.

Autant dire que le processus électoral congolais ne repose que sur une file. A tout moment l’irréparable peut subvenir. Pourtant, l’enjeu est crucial. Les Congolais doivent décider de l’alternance démocratique pour sortir de 17 ans de pauvreté, d’insécurité, de drames humanitaire et social où maintenir ce régime qui veut se pérenniser à travers le candidat du Front commun pour le Congo.

Toutefois, le gouvernement congolais à la lourde obligation d’honorer ses engagements : organiser ces élections sur fonds propres et dans le délai. Tout report est proscrit. Ces élections étant retardées de deux ans, plaçant la RDC dans une situation où toutes les institutions à mandat électif sont illégitimes.

La semaine du 17 au 23 décembre est donc décisive à tous égards. Le régime en place et la Centrale électorale doivent tout faire pour éviter un chaos à cette date. Les tensions sont si vives que tout devrait être fait pour ne pas donner l’occasion à tous ce qui peut envenimer davantage la situation.

L’atterrissage en douceur du processus électoral dépendra de l’attitude des forces de sécurité à garantir les droits et libertés des uns et des autres à mener librement leur campagne jusqu’au 21 décembre sans bavures policières ou tout acte destiné à jeter des peaux de bananes notamment sur le chemin de l’opposition.

Le Potentiel