Compte à rebours

Partager
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

À quatre jours des élections en République démocratique du Congo, la Céni fait une course à la montre afin d’éviter tout glissement susceptible d’entrainer le chaos. Pour ce faire, la Centrale électorale met les bouchées doubles pour rattraper le retard déjà consommé notamment dans le déploiement du matériel électoral.

Par Le Potentiel

Si l’on peut se frotter les mains d’avoir expédié une grande partie des machines à voter à l’intérieur du pays, il reste encore quelques matériels sensibles sans lesquels les élections ne peuvent se tenir. Tenez : c’est seulement le dimanche dernier que le président de la Céni a ramené de l’Afrique du Sud les procès-verbaux et les fiches des résultats des élections. Même s’il s’évertue de s’expliquer à qui veut l’entendre sur la tenue effective des scrutins ce 23 décembre, Corneille Nangaa ne convainc pas.

Et, il faut le reconnaitre, le temps est le pire ennemi de la Céni. Faire parvenir à la destination ces kits à moins d’une semaine serait un véritable exploit lorsqu’on connait l’état d’enclavement de certains coins du pays où il faut mettre plusieurs jours pour atteindre un centre de vote.

Entre-temps, les pressions s’accentuent de partout et les voix s’élèvent de plus en plus contre un éventuel report des élections. De la communauté internationale jusqu’à l’Eglise catholique, en passant par l’opposition, personne ne veut encore accorder une mesure de grâce au régime en place. Surtout ne pas lui donner l’occasion de fomenter ses prétextes cousus de fil blanc pour s’éterniser indéfiniment au pouvoir. La Céni et le gouvernement sont-ils pris dans leur propre piège, eux qui croyaient que l’opposition allait boycotter ces élections, en rejetant jusqu’au bout la machine à voter ?

Visiblement, le processus électoral s’est engouffré dans un tunnel de non-retour. Il faut foncer, quoiqu’il en coûte, même jusqu’au mur. C’est donc une véritable course à la montre si la Céni veut éviter le chaos que pourrait engendrer l’annonce d’un report des élections le 23 décembre 2018.