Des espoirs très déçus

Partager
  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages

Débutée le 22 novembre dernier, la campagne électorale pour les scrutins du 23 décembre en RDC doit se clôturer le vendredi 21 décembre à minuit. Moment rêvé par les candidats à la présidentielle, aux législatives et aux provinciales pour communier, une dernière fois, avec leurs bases (électorat) et leur donner les dernières directives de vote. Qu’il s’agisse des candidats de l’intérieur du pays ou de la mégapole Kinshasa. Tous les candidats s’apprêtaient à s’adresser pour la dernière fois à leurs militants et sympathisants ce vendredi 21 décembre. Des tribunes sont montées à des endroits prévus pour ce faire.

 

Mais coup de théâtre à Kinshasa ! Le gouverneur de la ville-province de Kinshasa, qui représente le plus grand électorat du pays avec ses plus de dix millions d’habitants, ne voit pas les choses de la même manière.

Bien que lui-même candidat à la fois à la députation nationale et provinciale. Il vient d’interdire, dans un communiqué publié mercredi, la tenue des meetings et autres rassemblement le vendredi 21 décembre sur toute l’étendue de la capitale congolaise, pour des raisons de sécurité. Il ne veut pas voir se produire à Kinshasa la mort d’hommes comme dans d’autres coins du pays pendant la campagne.

Qu’il s’agisse du candidat de la Majorité Ramazani Shadary, comme ceux de l’opposition, notamment Martin Fayulu de la coalition « Lamuka » et de Félix Antoine Tshisekedin du « Cap pour le changement », tous deux poids lourds de l’opposition qui donnent des insomnies au camp de la Majorité. Du coup, la tension, qui était déjà perceptible dès l’annonce du meeting de Shadary au Stade des Martyrs et celui de Fayulu au Stade Tata Raphaël avant d’être délocalisé à la Place Sainte Thérèse dans la commune de Ndjili pour des raisons de «  sécurité ».

Conséquence, l’agitation secoue tous les Kinois. Proche de la colère. La démolition par les forces de sécurité de la tribune d’où Fayulu devait tenir son meeting ce mercredi a rajouté à la colère de la population. Selon des informations, ces militaires seraient venus des pays limitrophes. D’autres sont encore attendus en provenance de la province du Congo central, sans qu’on sache de quels bataillons. Objectif, sécuriser la ville pendant les scrutins du dimanche 23 décembre. Mais la présence de ces militaires inconnus ajoutée à l’annulation des meetings crée une psychose et provoque une grande déception au sein de la population pour qui les scrutins du 23 décembre sont de tous les dangers.

La Rédaction

One thought on “Des espoirs très déçus

  1. Compatriotes Congolais
    N’abandonnez pas maintenant SVP. La Kabilie est aux abois. Bato oyo baza kotungisa biso, boyebi bango malamu. Boyebi bakombo na bango, boyebi place bavandaka, boyebi bisika bakendeke. Et alors? Tokolelela nani? Mosala ebanda. Toza na besoin ya ba elections te.
    Babloquer biso, bakangi ba aewroprts, babeti masasi, babomi bato, bapanzi ba podium. Bokanisi apres elections baproclamer Fayulu to Fatshi gagnants? Boni ko?

Comments are closed.