Report des élections en RDC /Pierre Jacquemot: «Il y a peut-être des défaillances à occulter»

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Les élections en République démocratique du Congo prévues dimanche 23 décembre sont reportées au 30 décembre. Invité par RFI, Pierre Jacquemot, ex-ambassadeur de France à Kinshasa, est chercheur à l’IRIS, note des difficultés de la Céni d’organiser le scrutin le 23 décembre. Pour lui, si les autorités de République démocratique du Congo ont refusé l’aide de l’ONU, c’est peut-être pour occulter des défaillances.

Pour ex-ambassadeur de France à Kinshasa, il est difficile d’envisager un report des élections d’une semaine, car la Commission nationale indépendante (Céni) ne pourra pas résoudre tous les problèmes liés au déploiement des matériels électoraux dans toutes les provinces.

Quant au lui, les arguments évoqués par le président de la Céni, Corneille Nangaa, sont fondés, par le fait que 80 % des matériels électoraux étaient partis en fumée et plus d’un million de bulletins de vote étaient calcinés. De ce fait, l’incendie et des incidents enregistrés pendant la campagne électorale est la conséquence du report des élections d’une semaine.

Les difficultés d’acheminement du matériel peuvent-elles être réglées en une semaine ? Alors, on se demande si la Céni va faire des miracles pour déployer les 100 000 machines en une semaine dans toutes les violences provinces. « Car, il y a des régions qui sont coupées », a-t-il dit. Sept jours suffiront-ils pour rattraper les retards accumulés par la commission électorale dans sa préparation des élections ? Beaucoup se posent désormais la question à Kinshasa. « Oui » assure le président de cette commission Corneille Naanga.

Hervé Ntumba