La Société nationale des architectes du Congo se mue en l’Ordre national des architectes

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mission première de cet Ordre est la protection des personnes et des biens dans l’industrie du bâtir, indispensable à la meilleure organisation des architectes tant congolais qu’étrangers exerçant en RDC.

 Par Bienvenu Ipan

La profession des architectes en République démocratique du Congo vient d’être dotée d’une législature adaptée aux impératifs de développement d’un État moderne, définissant les conditions générales de son organisation et de son exercice pour relever les défis de la modernisation en RDC. La loi, officiellement promulguée depuis le jeudi 13 décembre par le chef de l’État a ainsi enterré la Société des architectes du Congo (SAC).

En fait, la première tentative de l’État pour organiser la profession d’architecte fut le décret du 16 décembre 1959 portant protection du titre et réglementation de la profession d’architecte, pris en vue de protéger le titre et la profession d’architecte au Congo Belge. Ce décret s’est vu inadapté aux impératifs liés aux conditions générales d’exercice de la profession. Ce vieux décret présente plusieurs lacunes, à savoir l’absence d’un cadre normatif devant guider les pratiques professionnelles des architectes afin de garantir la protection du public ; l’inadaptation et/ou l’insuffisance des dispositions en matières d’architecture ; la non prise en compte des différents problèmes liés à l’exercice de la profession d’architectes.

Or, le nouveau cadre qui vient d’être promulguée offre à la RDC un outil de haute facture qu’est l’Ordre national des architectes (ONA). Le président de l’ONA/RDC, Brunel-Joseph Gibale Kananga, a donné des précisions sur cet Ordre national qui aura pour mission première la protection des personnes et des biens dans l’industrie du bâtir, indispensable à la meilleure organisation des architectes tant congolais qu’étrangers exerçant en RDC.

Cet ordre, rassure-t-il, est le gage de la meilleure prise en charge des architectes dans l’exercice de leur profession en garantissant une meilleure qualité des travaux au bénéfice de la société. À en croire le président de l’ONA/RDC, la présente loi apporte les principales innovations suivantes : l’exclusivité de l’exercice de la profession par les professionnels du secteur ; le regroupement de l’ensemble des architectes congolais en un Ordre en vue de resserrer les liens de bonne et fraternelle collaboration entre les membres et de sauvegarder les intérêts professionnels et moraux des membres ; le renforcement du régime des sanctions en intégrant les faits infractionnels ; l’intégration des instruments juridiques internationaux ratifiés sur l’ensemble du territoire national relatifs à l’exercice de la profession d’architecte.

La présente loi est subdivisée en 4 titres, à savoir titre I : des dispositions générales ; titre II : de l’organisation et du fonctionnement de l’Ordre ; titre III : des dispositions pénales ; titre IV : des dispositions transitoires, abrogatoire et finale. Reconnaissance oblige, le président de l’ONA a exprimé sa gratitude à l’endroit de toutes les personnes qui ont concouru à la publication de cette loi dont le chef de l’État, Joseph Kabila, les présidents du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, et de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku.