Report des élections au 30 décembre : Félix Tshisekedi trace la ligne rouge

Partager
  • 15
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    15
    Partages

L’opposition garde son pessimisme quant à la volonté politique du régime à organiser, dans le délai, des élections libres, démocratiques et transparentes en République démocratique du Congo. Les épisodes d’incendie controversé de l’entrepôt de la Céni à Kinshasa suivi du report des scrutins d’une semaine ne font que renforcer ce scepticisme dans l’opposition.

Devant ce énième stratagème à vouloir retarder l’alternance démocratique en RDC, le Cap pour le Changement (CACH), coalition chère à Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, met en garde directement le président de la République. Si le CACH accepte le report des élections au 30 décembre, cette coalition prévient que ce délai doit être irrévocable.

D’ores et déjà, le CACH appelle « le peuple congolais à se mobiliser en vue d’obtenir les élections au 30 décembre 2018 par des actions pacifiques d’envergure ». Pour Félix Tshisekedi, candidat président de la République, le 30 décembre est la ligne rouge à ne pas franchir dans l’organisation de ces scrutins.

Le Potentiel

Déclaration politique de CACH suite au énième report des élections en RDC

  1. Le CAP POUR LE CHANGEMENT (CACH) a suivi avec consternation, mais sans surprise, l’annonce en ce jour par Mr Corneille Nangaa, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), du report au 30 décembre 2018 des élections tant attendues le 23 décembre 2018 par

tout notre peuple ;

  1. L’opinion nationale et internationale se rappelle que le CACH, bien que convaincu que Monsieur Joseph Kabila n’a jamais eu la moindre volonté de permettre l’organisation des élections libres, démocratiques et transparentes à l’issu de son second et dernier mandat échu depuis le 19 décembre 2016, avait levé l’option courageuse de participer aux échéances électorales avec ou sans machine à voter ;
  2. Bien avant l’annonce du report des scrutins, il a été constaté d’une part, une militarisation à outrance à travers le territoire national et d’autre part, la violation de la loi électorale, en particulier l’article 28 par certains Gouverneurs de provinces dont celui de Kinshasa qui se sont permis d’écourter la campagne électorale ;
  3. Le CACH demeure convaincu que Joseph Kabila ne veut ni quitter le pouvoir ni organiser les élections au terme du nouveau délai annoncé ;

De ce qui précède, le CACH :

  1. Réaffirme sa position maintes fois exprimée d’aller aux élections avec ou sans machine à voter ;
  2. Condamne avec la dernière énergie cette énième forfaiture de Joseph Kabila qui grippe le processus électoral pour le maintenir illégalement au pouvoir ;
  3. Met sévèrement en garde Mr. Joseph Kabila et prévient qu’il n’acceptera pas un autre report même d’un jour ;
  4. Affirme poursuivre sa campagne jusqu’à 24H du scrutin conformément à l’art.28 de la loi électorale, soit le 28 décembre 2018 à minuit.
  5. En appelle à la vigilance du peuple souverain mais aussi à celle de la Communauté internationale, en l’occurrence les pays voisins, l’ONU, l’U.A, la SADC, l’U.E ainsi que les U.S.A ;
  6. Appelle le peuple congolais à se mobiliser en vue d’obtenir les élections au 30 décembre 2018, par des actions pacifiques d’envergure, et au cas contraire poursuivre ces actions et même les amplifier jusqu’ au départ du régime de Joseph Kabila.

Fait à Kinshasa, le 21 décembre 2018

 

Déploiement des kits électoraux : le CNSA recommande à la Céni de solliciter un appui logistique de la Monusco

Au cours d’un point de presse tenu le vendredi 21 décembre, le Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA) recommande vivement au gouvernement et à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de « solliciter un appui logistique » de la Monusco pour déployer les kits électoraux restants en vue d’éviter d’éventuels « égarements » avant la tenue des élections prévue le 30 décembre. Le CNSA fait cette recommandation en s’appuyant sur le point IV.4 de l’Accord du 31 décembre 2016. Se démarquant de la décision de la Céni, le CNSA conseille également la Centrale électorale de laisser libre court à la campagne électorale jusqu’au 28 décembre afin de permettre aux candidats de rester en contact avec leurs bases respectives.

Le Potentiel