Poursuivie pour escroquerie, Mme Linengi Nicole  condamnée à 12 mois de prison

Partager
  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages

Le tribunal de paix de Kinshasa/Gombe a retenu qu’en exigeant les frais de loyer aux locataires pour une parcelle d’autrui, l’épouse du député Fidèle Babala a posé un acte répréhensible.

Par Donatien Ngandu Mupompa

Siégeant en matière pénale au premier degré à l’audience publique du mardi 4 décembre 2018, dans l’affaire inscrite sous RP. 27.538/XIV, opposant le Ministère public et la partie citante Mme Zolwa Nkondi (Veuve Nimi Santos) contre la partie citée Mme Linengi Tele Alia Nicole (Epouse Fidèle Babala, député et cadre MLC), le tribunal de paix de Kinshasa/Gombe a condamné cette dernière à 12 mois de servitude pénale principale pour tentative d’escroquerie.

Il ressort des faits qu’en vertu du mariage intervenu en 1960, Mme Zolwa Nkondi fut l’épouse de feu Nimi-N’Sansi Santos, industriel congolais de renom, décédé à Bruxelles le 23 juillet 1995. Au cours de leur union, ils ont acquis divers biens dont la parcelle située dans la commune de la Gombe, sur l’avenue de la Gombe, en face de l’Ecole belge contiguë à l’ISC à quelques mètres du nouveau centre commercial SWISS MART, parcelle portant numéro cadastral 4751, couvert par le certificat d’enregistrement Vol. A 167 Folio 154 de la commune de la Gombe.

Un comportement punissable

Il est dit dans les motifs que Mme Linengi,  ayant voulu se faire passer comme propriétaire de ladite parcelle sur fond d’une vente frauduleuse, a exigé par courrier aux locataires de lui payer désormais les loyers mensuels. Comportement que le tribunal a retenu comme constitutif de la tentative d’escroquerie, punie par les articles 4 et 95 du Code pénal congolais Livre II.

Au sujet de ce stellionat, il sied de noter que le Parquet général de la Gombe est déjà saisi et a procédé à des interpellations de toutes les personnes impliquées, et que par ailleurs d’autres procédures pénales initiées contre Mme Linengi et ses complices sont en cours.

En effet, il nous a été donné d’apprendre que le Parquet général de la Gombe poursuit son instruction pour stellionat et procède à l’interpellation de toute personne impliquée dans cette affaire où la fraude transparaît pour un bien valant des millions de dollars en considération de son emplacement, mais qui aurait vulgairement été bradé à moins d’un million soit huit cent mille dollars américains. Cela, au mépris des droits d’autrui pourtant soutenus notamment par des jugements antérieurs.

Nul n’étant au-dessus de la loi, les jours à venir nous fixeront sur l’issue de ce dossier.