« La décision du report du scrutin dénote une intention persistante de différer les élections », selon le CALCC

Partager
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

Dans un communiqué rendu public, mercredi 26 décembre 2018, le Conseil pour l’apostolat des laïcs catholiques du Congo (CALCC) dit avoir appris, « avec consternation », la décision de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) de reporter, à mars 2019, les élections dans les circonscriptions électorales de Beni, Beni Ville et Butembo Ville (au Nord-Kivu) ainsi que Yumbi dans la province de Mai Ndombe. Le CALCC voit dans ce « report-surprise » des élections dans les circonscriptions précitées, une intention persistante de différer les élections, après les reports de 2016, puis de 2017, puis du 23/12 dernier.

Ci-après, le communiqué de CALCC.

La Rédaction

 

Communiqué du CALCC face à la décision du report du scrutin pour les circonscriptions électorales de Beni, Butembo et Yumbi

Le Conseil pour l’Apostolat des Laïcs Catholiques du Congo (CALCC) vient d’apprendre avec consternation la décision de la CENI de reporter à mars 2019 les élections dans les circonscriptions électorales de Beni, Beni Ville et Butembo Ville ainsi que Yumbi dans la province de Mai Ndombe.

Le CALCC note que, la décision du report, cette fois-ci, à quatre jours du scrutin dénote une intention persistante de différer les élections, après les reports de 2016, puis de 2017, puis du 23/12 dernier. Il y a encore vingt-quatre heures, la CENI affirmait être prête pour les élections ce 30 décembre. Le CALCC dénie au Président de la CENI le droit de prendre des libertés avec le calendrier électoral selon son bon plaisir.

Par ailleurs, l’initiative d’exclure les Congolais de ces villes martyres du scrutin présidentiel, législatif et provincial sous les prétextes d’Ebola ou des incendies est un appel de pied à la balkanisation de notre pays, ou à tout le moins une stigmatisation inacceptable de nos frères déjà meurtris par les tueries au quotidien.

Le CALCC rejette catégoriquement la décision unilatérale du Président de la CENI, qui n’engage que lui, et appelle le peuple congolais de partout, y compris des circonscriptions menacées d’exclusion, à se rendre massivement aux bureaux de vote le dimanche 30/12, et de constater sur place de lui-même la faillite de la CENI à organiser les élections.

En tout état de cause, la publication d’un Président de la République sans le vote d’une partie aussi importante de notre peuple ne peut pas être acceptée. Le peuple congolais prendra en toute souveraineté les dispositions appropriées après évaluation de la situation.

Comment peut-on comprendre l’élection présidentielle en mars 2019 pendant que le président élu partiellement au scrutin du 30 décembre serait déjà en fonction ?

Que le Bon Dieu nous guide, dans cette « marche dans les ténèbres, à voir se lever une grande lumière » (Is 9,1).

Le CALCC appelle le peuple congolais, les partis politiques et la société civile à un sursaut patriotique pour ne pas tomber dans le piège d’une violence aussi gratuite qu’improductive.

Fait à Kinshasa, le 26 Décembre 2018

Pour le Bureau National du CALCC

Jean-Bosco LALO Kpasha

Président National