La ligne rouge

Partager
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    9
    Partages

La République démocratique du Congo rentre dans la dernière semaine devant déboucher aux élections présidentielle et législatives nationales et provinciales le 30 décembre, alors qu’elles étaient initialement prévues le 23 décembre.

Le report des élections, à quatre jours du délai butoir, a certes été accepté par l’opposition et par les forces vives de la nation mais devrait être le dernier. La coalition « Cap pour le changement » a prévenu déjà la Commission électorale nationale indépendante que ces scrutins doivent avoir lieu impérativement le 30 décembre.

La coalition « Lamuka », a de même fait une déclaration pour dire à la Centrale électorale qu’elle n’accepterait pas un autre report des scrutins. Lors de la messe de Noël, le 24 décembre, l’Archevêque métropolitain de Kinshasa a également mis en garde la Centrale électorale contre tout nouveau report de ces élections. La communauté internationale, tout en respectant la souveraineté de la RDC, est allée aussi dans le même sens en souhaitant que le nouveau délai soit tenu cette fois-ci.

Autant dire que la ligne rouge est tracée. Les scrutins doivent impérativement avoir lieu le dimanche prochain. Quitte à la Céni de solliciter un appui logistique si nécessaire pour tenir le nouveau délai. Personne n’entend donc accompagner la Ceni dans ses stratagèmes de retarder indéfiniment les élections.

Reportées déjà à deux reprises, en décembre 2016 et en décembre 2017, ces élections sont une nécessité tant pour faire baisser la tension qui est à son comble dans l’opinion que pour libérer la République démocratique du Congo qui a besoin des institutions légitimes pour continuer sa marche vers l’émergence.

Certes la Céni a fait fi des doléances tant des acteurs politiques que des forces vives sur le consensus nécessaire à la tenue d’élections apaisées dans le pays, elle a intérêt, cette fois-ci, a prendre au sérieux cette ligne rouge tracée unanimement par les parties prenantes au processus électoral.