Provocation

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

L’organisation des élections en République démocratique du Congo devient de plus en plus hypothétique. Des prétextes fallacieux se multiplient pour justifier la non organisation des élections et, ainsi, Joseph Kabila pourra glisser allégrement.

De tous ces scénarios bien ficelés par la Céni, la population ne comprend plus rien. Pour d’aucuns, ça sent de la provocation. Une décision qui écarte 1.256.177 électeurs – représentant 3% de l’électorat du pays ou presque de l’élection présidentielle – à quelques heures du scrutin prévu le 30 décembre 2018, la RDC vient une fois de plus, d’être victime de l’arbitraire.

Visiblement acquise à la cause du régime Kabila, la Céni présidée par Corneille Nangaa ne cesse de faire un travail bâclé qui aboutira sans nul doute à l’élection d’un président que la RDC ne méritera pas. Et le pays risquera d’entrer dans une crise postélectorale aux conséquences incalculables.

L’insécurité dans les circonscriptions de Yumbi et Butembo-ville ainsi que la persistance de la fièvre à virus Ebola dans la circonscription de Beni-ville justifieraient l’exclusion d’électeurs de ces circonscriptions de la présidentielle. Faux et archifaux. Ce ne sont que des dilatoires pour justifier l’organisation d’un scrutin bâclé dans le but d’imposer le candidat président du Front commun pour le Congo (FCC) parrainé par le régime.

La stratégie consiste à provoquer la population, la pousser à se soulever pour justifier le chaos. Entre temps, Joseph Kabila dont le deuxième et dernier mandat a expiré depuis le 31 décembre 2016, continue de gouverner, conformément à la Constitution.

L’opposition politique a donc intérêt à se comporter de manière à ne pas tomber dans le piège tendu par Corneille Nangaa et la majorité au pouvoir.

Qu’à cela ne tienne, le peuple congolais ne jure que par l’organisation des élections libres, démocratiques et transparentes. Point n’est donc besoin de multiplier des stratagèmes pour conserver le pouvoir par tous les moyens. Une chose est certaine : quelles que soient la provocation et les stratégies mises en place par les ennemis de la République, le peuple gagne toujours.

One thought on “Provocation

  1. cette nieme strategeme en vue de maintenir ce pouvoir encore et encore, ne doit pas passer sinon il s’averera necessaire d’appliquer l’art 64. Quee Dieu sauve le peuple congolais

Comments are closed.