Les dés sont jetés

Partager
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

Que va-t-il se passer le 30 décembre 2018 ? Les Congolais n’ont qu’une réponse simple : aller aux urnes pour se choisir un nouveau locataire du Palais de la nation.

LE POTENTIEL

Mais il s’agira de quelles élections pour ce rendez-vous ultime prévu dans 24 heures ? C’est la grande inquiétude au regard notamment de l’intensification de la tension due à la mise de côté de Beni-ville, Beni, Butembo et Yumbi pour des raisons « sécuritaires ».

À y regarder de près, on n’est pas loin d’un décor bien planté pour des élections chaotiques devant formaliser le choix d’un candidat connu d’avance. Et, dans l’éventualité d’un tel scénario, c’est la crise de légitimité qui est déclenchée… Et cela sans compter les contestations évidentes. Déjà, les agissements et autres comportements des uns et des autres observés durant la campagne électorale constituent des signes prémonitoires d’une crise politique post-électorale aiguë en RDC.

À vrai dire, le Congo de Lumumba se retrouve devant le fleuve Rubicon. Et comme pour Jules César en 49 avant Jésus-Christ, « le sort en est jeté ! » Personne ne peut plus faire marche arrière devant ce miroir réflecteur d’incertitude d’après le 30 décembre 2018… Les Congolais vont devoir aller aux élections telles que la Céni les a préparées. Et tout est dit dans un argot kinois « bokosilisa yango » (à traduire : pas de recul, nous irons jusqu’au bout). C’est en réalité, la détermination expressive d’un peuple qui en a marre avec les souffrances. Et qui ne peut plus, même pour un seul jour, accepter un énième report électoral.

Mais au finish, que peut-on espérer ? Y-aura-t-il effectivement la sanction par la voie des urnes pour, finalement, renouveler la classe politique ? Est-ce que les résultats qui seront proclamés par la Céni, puis la Cour constitutionnelle, seront-ils le reflet de la vérité des urnes, mieux, de la volonté populaire ?

Toutes ces interrogations n’ont pas de réponses. C’est parce que tout est clair. Tous les ingrédients ont été saucissonnés pour planter le décor d’une parodie d’élections. La situation fait que les Congolais sont maintenant devant un fait accomplis. Alea jacta est.