Les élus français et belges d’origine congolaise favorables à une transition sans Kabila

Partager
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

Dans une tribune publiée jeudi 27 décembre 2018 à Paris (France), les élus et responsables politiques français et belges, originaires de la République démocratique du Congo (RDC), sollicitent une transition sans l’actuel président de la République dont le mandat s’est achevé en décembre 2016, après son deuxième et dernier mandat. Les signataires indiquent qu’après leurs échanges avec les uns et les autres, les deux personnalités plébiscitées pour diriger la transition sont le Nobel de la paix 2 et le Cardinal Laurent Monsengwo. Ces euro-politiques d’origine congolaise ont décidé de se faire des « ambassadeurs de la cause de la RDC et nous le ferons jusqu’à la résolution de cette crise. »

Ainsi, considèrent-ils qu’« il est temps que les Nations Unis, l’Union européenne et l’Union africaine cessent de prendre acte » mais, « agissent avec tous les moyens nécessaires qui permettraient de mettre fin au régime mafieux et sanguinaire de M. KABILA. »

Ci-après, l’intégralité de la tribune des élus et responsables politiques français et belges originaires de la RDC.

La Rédaction

TRANSITION SANS KABILA (TSK)

L’arrivée de M. Joseph KABILA en République Démocratique du Congo n’a fait qu’amplifier le climat de violence qui règne dans ce pays depuis son indépendance en 1960.

En effet, l’insécurité est devenue le quotidien des Congolais notamment à l’Est du pays.

Concomitamment à cette situation chaotique, la RDC est plongée dans une crise institutionnelle depuis le 19 décembre 2016, date à laquelle le deuxième et dernier mandat de M. KABILA a pris fin.

Malgré un premier mandat contesté en 2006 puis un second mandat tout aussi contesté en 2011, M. KABILA refuse d’organiser des élections alors que son mandat a pris fin.

C’est ainsi qu’après avoir violé la constitution, il a réussi à obtenir un sursis d’un an avec l’accord de la CENCO qui avait pour objectif une organisation des élections avant la fin de l’année 2017.

Pourtant, pour la énième fois, M. KABILA n’a pas respecté son engagement et a réprimé sévèrement le 31 décembre 2017, des marches pacifiques des Congolais qui répondaient à l’appel citoyen du Comité Laïc de Coordination de l’Eglise Catholique (CLC) pour réclamer des élections en RDC et le départ de M. KABILA.

Aujourd’hui M. KABILA est hors mandat et n’a plus aucune légitimité pour diriger la RDC mais il se maintient par la seule force de son armée.

Face à la pression des Congolais et de la communauté internationale, M. KABILA prépare un simulacre d’élection par le truchement du président de la CENI, M. NANGAA. Cette mascarade électorale si elle se déroule, conduira avec certitude la RDC vers des larmes et du sang.

C’est pourquoi, les élus et responsables politiques Français et Belges originaires de la RDC, en phase avec les attentes du peuple congolais, de la diaspora, des mouvements citoyens et de la société civile congolaise proposent une période de transition sans M. KABILA, afin de :

– Sécuriser les frontières et l’intérieur du pays avec l’aide de la MONUSCO – Installer une nouvelle CENI

– Faire le point du fichier électoral, préparer et organiser les élections.

La personne qui conduira cette transition, les membres de la nouvelle CENI et les membres du gouvernement de transition ne pourront pas se présenter aux élections qui seront organisées durant cette période.

La personne désignée pour conduire la transition devra impérativement être consensuelle et être membre d’aucun parti politique.

Au vu des échanges avec les congolais en RDC, dans la diaspora, les mouvements citoyens, la société civile et les politiques, les deux personnalités plébiscitées pour conduire la transition sont le Cardinal Laurent MONSENGWO et le Docteur Denis MUKWEGE.

Il est temps que les Nations Unis, l’Union Européenne et l’Union Africaine cessent de prendre acte et agissent avec tous les moyens nécessaires qui permettraient de mettre fin au régime mafieux et sanguinaire de M. KABILA. Nous nous sommes faits ambassadeurs de la cause de la RDC et nous le ferons jusqu’à la résolution de cette crise.

« La violence en République Démocratique du Congo, c’est assez, trop c’est trop, la paix maintenant »

Fait à Paris le 27 décembre 2018

Les signataires :

Fabrice NGALIEMA, Maire Adjoint (France)

Félicien NDOMBELE, Conseiller municipal Délégué (France)

Augustin MBALA-SAMBA, Animateur local d’un parti politique (France) Jéhame M’PENDJA, Maire Adjoint (France)

Martin KUENGIENDA, Conseiller Municipal Délégué (France) Christopher DOMBA, Suppléant Député (France)

Ngandu KENYA, Conseillère Régionale (France)

Rose MASSANGA, Conseillère Municipale Déléguée (France)

Guillaume NSIMBA MANONGO, Conseiller Municipal Délégué (France) Gisèle MANDAILA, Conseillère Communale (Belgique)

Alain BADIBANGA, Conseiller communal (Belgique)

Rose MEFALESSI, Mandataire (Belgique)

Marie Jeanne OMARI, Conseillère Communale (Belgique)

Samy KAYEMBE, Conseiller Communal (Belgique)

Denise MALAMBA KIFAYA, Conseillère CPAS (Belgique)

Albert MUKULUMANI, Mandataire (Belgique)