Présidentielle 2018 : l’UE prend acte de la victoire de Félix Tshisekedi

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La position commune de l’Union européenne et l’Union africaine sur la RDC est connue. Il s’agit d’un véritable rétropédalage quant à leurs doutes ou à leurs demandes de publication de résultats plus cohérents. Les deux organisations prennent finalement acte de la proclamation par la Cour constitutionnelle de la RDC de Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo.

Par Pitshou Mulumba

Il y avait beaucoup d’attente évidemment avant la réunion d’hier mardi 22 janvier à Bruxelles. Ce rendez-vous commun Union européenne-Union africaine avec des questions sur le politique et la gouvernance, a également débouché sur une position commune sur la République démocratique du Congo. L’Union européenne dit prendre acte de la proclamation par la Cour constitutionnelle de la RDC, de Félix Tshisekedi président de la République démocratique du Congo. « La tâche qui incombe au nouveau président comporte des défis majeurs dans plusieurs secteurs, ce qui implique qu’il soit rassembleur » en RDC mais aussi à l’international, a déclaré Frederica Mogherini à l’issue du sommet UA-UE.

« L’Union européenne est restée en concertation tout au long du processus avec ses partenaires africains et continuera de l’être », précise la haute représentante européenne, qui assure de la collaboration de son organisation aux nouvelles autorités congolaises.

L’Union africaine se dit aussi « prête en tant que commission à travailler avec le président Tshisekedi pour continuer notamment à pacifier le pays mais également à promouvoir le développement » de la RDC.

En reconnaissant Félix Tshisekedi comme président élu de la RDC, les Européens se sont démarqués de leur déclaration de la semaine dernière. Ils émettaient des doutes ou demander la publication de résultats « plus cohérents ».

Félix Tshisekedi attendu à l’UA le 9 février

Pour bien d’observateurs, la proclamation officielle par la Cour constitutionnelle à Kinshasa et la reconnaissance de ce résultat par des poids lourds de la scène diplomatique africaine, comme l’Afrique du Sud, sont les deux éléments qui ont changé la donne. Est-ce la crainte par l’Union européenne d’être accusé d’ingérence dans les affaires intérieures de la RDC ? Désormais les jeux sont faits ! Et les différentes organisations internationales ne pourront plus exercer plus de pression pour ne pas tomber dans l’ingérence.

Les choses évoluent vite. Et selon Lemonde.fr, le nouveau président Félix Tshisekedi est invité et attendu au prochain sommet de l’Union africaine, le 9 février, pour être adoubé par ses pairs. La Commission de l’UA a fini par prendre note de l’élection du nouveau président de la RDC.

Pour rappel, l’élection présidentielle du 30 décembre 2018 a constitué la première transition démocratique depuis l’indépendance de la République démocratique du Congo en 1960.