Le modèle kenyan

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Le Kenya, pays du très célèbre Jomo Kenyatta, vient de loin, très loin. Il a connu des moments des troubles dus à une crise postélectorale aigue qui a opposé ses principaux groupes ethnies.

Le Kenya a connu sa première crise postélectorale en 2007, à la suite d’une élection présidentielle controversée. 10 ans après, soit en 2017, ce pays a connu les tensions postélectorales. Uhuru Kenyatta et Raïla Odinga en ont été les principaux protagonistes. Mais, par un sursaut d’orgueil patriotique, les deux fils du Kenya sont parvenus à faire la paix. Aujourd’hui, le Kenya est un havre de paix, tourné désormais vers son développement. Et dire que le miracle kenyan a été rendu possible lorsque Kenyatta et Odinga ont accepté de se rencontrer. Puis est venu le déclic.

Aujourd’hui, le Kenya est un bel exemple pour les autres. Il sert de modèle dans toute l’Afrique. Et la République démocratique du Congo qui sort d’une élection présidentielle controversée négocie un tournant décisif de son histoire. Pourquoi ne pas emboîter les pas ?

Dans le pays, il y a cette fibre de guerre tribale qui prend de l’ampleur. On craint que la RDC ne bascule dans un cycle d’horreur qui risque d’hypothéquer sa survie en tant que nation.

En Afrique, le Kenya est passé par toutes ces épreuves. Grâce à ses deux leaders, le Kenya est parvenu à surmonter cette dure étape de son histoire. Le pays a survécu. Pourquoi la RDC ne s’en inspirerait-elle pas ?

En faisant le déplacement mercredi à Nairobi, le chef de l’Etat Félix Tshisekedi est aussi allé étudier ce qui a fait le succès du modèle kenyan. En froid avec son ami d’hier, Martin Fayulu, passé depuis la proclamation des résultats de la présidentielle dans l’opposition, Félix Tshisekedi manifeste cet envi de faire la paix. Il en a fait mention, le 24 janvier 2019, dans son discours d’investiture devant la cour constitutionnelle. Il attend amener celui qu’il a appelé le « soldat du peuple », en l’occurrence Martin Fayulu, à rejoindre ses rangs.

Au Kenya, Uhuru Kenyatta et Raïla Odinga l’ont fait. C’est dire que Félix Tshisekedi et Martin Fayulu peuvent tout aussi le faire. C’est question de mettre en avant le seul intérêt supérieur de la RDC et de son peuple.