Entrée réussie

Partager
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages

La République démocratique du Congo est à l’honneur avec l’élection du chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, comme 2ème vice-président de l’Union africaine. Cette reconnaissance au niveau africain intervient après deux semaines de l’investiture à la magistrature suprême de Félix Tshisekedi, le 24 janvier dernier.

Le président congolais siège donc à la super structure qui dirige l’Union africaine avec l’égyptien Al Sissi et le sud-africain Cyrille Ramaphosa. Ce sont donc les trois géants du continent noir qui vont, pendant un an, porter la voix de l’Afrique dans le monde.

Au-delà de la reconnaissance, cette élection est en soi un plébiscite du chef de l’Etat congolais par ses pairs africains. Ce, après une élection qu’un candidat président de la République continue à contester.

Autant dire que l’élection de Félix Tshisekedi à ce poste est un désaveux de tout ceux qui pourraient continuer à contester une élection validée par la Cour constitutionnelle de la RDC. Il n’y a aucune autre institution, fut-elle africaine ou internationale, qui a le pouvoir de revenir sur les résultats de la présidentielle du 30 décembre 2018. Les congolais ont porté leur voix à Félix Tshisekedi. Désormais, il faut tourner la page.

Pour une première, le chef de l’Etat congolais a réussi son entrée dans la sphère de la haute structure africaine. C’est à tout point de vue une entrée réussie. Pour autant c’est une charge  que la RDC doit porter avec responsabilité. Il appartient désormais au nouveau président congolais de remplir pleinement sa fonction de 2ème vice-président de l’Union africaine.

La RDC restant la gâchette de l’Afrique, elle a l’obligation de réussir sa mission au bureau de l’union africaine. Les défis sont grands. Il faut les relever pour que le continent, berceau de l’humanité, tire son épingle dans le concert des nations.