L’Ordre national des architectes tient sa première Assemblée générale extraordinaire

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux points étaient inscrits à l’ordre du jour de ces assises, à savoir le constat de la dissolution de la Société des architectes du Congo (SAC) et la mise en place d’une Constituante.

Par Bienvenu Ipan

Tenue le samedi 9 février 2019 au Centre d’études pour l’action sociale (Cepas) situé à Gombe, la première Assemblée générale extraordinaire de l’Ordre national des architectes (ONA) du Congo a inscrit à l’ordre du jour deux points.

Le premier point était de constater la dissolution de la Société des architectes du Congo (SAC) par la loi que le chef de l’État sortant, Joseph Kabila Kabange, a promulgué depuis le 13 décembre 2018. À l’unanimité, l’assemblée a décidé d’affecter tout le patrimoine de la SAC à l’ONA. Au deuxième point, il était question pour l’Assemblée générale de mettre en place une constituante qui doit rédiger le Règlement d’ordre intérieur et le Code d’éthique.

Après débat et délibération, les architectes se sont mis d’accord pour mettre en place deux petites commissions qui vont s’occuper de ces textes, à savoir le Règlement d’ordre intérieur et le Code d’éthique.

Et une fois que ces deux commissions seront mises en places, les architectes vont, d’ici à deux semaines, poursuivre leurs travaux en plénière pour l’adoption de ces textes. Étant donné que le Règlement d’ordre intérieur existe déjà, il sera question pour l’Assemblée de comparer un peu avec ce qui se passe ailleurs (par exemple en France, en Belgique, aux États unis). «Nous avons déjà une mouture, nous pensons que deux semaines c’est beaucoup. La loi nous accorde 90 jours pour la rédaction et l’adoption, je crois que dans deux semaines nous seront déjà prêts avec le Règlement d’ordre intérieur. Ça sera un travail d’arrache-pied : tous les architectes veulent voir leur Ordre mis en place».

Quant aux critères de sélection de membres qui vont constituer ces deux commissions, le président de l’Ordre national des architectes du Congo a précisé : «Évidemment si nous avons suspendu la séance d’aujourd’hui (ce samedi-là : ndlr) pour ne pas constituer les deux commissions, c’est parce que dans 500 personnes, il est difficile de sélectionner des têtes pensantes (…) Raison pour laquelle nous avons demandé à l’Assemblée générale de nous accorder un peu de temps pour rédiger le criterium de sélection des membres de ces deux commissions.

Le comité va s’en occuper et nous allons publier. En ce moment-là, d’ici deux ou trois jours, ceux qui veulent adhérer le feront librement mais à condition de remplir les conditions qui leur seront exigées. Parce qu’on ne peut pas prendre un architecte qui vient de terminer ses études en 2018 pour lui confier la tâche de rédiger le Règlement d’ordre intérieur qui constitue le moteur même de l’ordre national des architectes du Congo».

Il a fallu 59 ans de lutte pour que la corporation des architectes du Congo soit régie officiellement par un cadre juridique. Le président Brunel Gibale estime qu’il s’agit-là à la fois «d’un poids, d’une grandeur de la responsabilité mais aussi d’une fierté».