Sanctions américaines : le FCC et la CENI rejettent les allégations de corruption

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) et le Front commun pour le Congo (FCC) rejettent en bloc « les allégations de corruption et des violations de droits de l’Homme, d’abus ou d’atteinte à la démocratie pendant la campagne électorale ». Pour le FCC, les sanctions infligées visent à affaiblir moralement les collaborateurs de Joseph Kabila.

Réagissant aux sanctions telles que formulées dans le communiqué du département d’État des USA, la CENI voudrait rappeler à l’opinion tant nationale qu’internationale qu’elle poursuit avec abnégation, détermination et professionnalisme sa mission constitutionnelle de conduire le processus électoral en République démocratique du Congo, renseigne le communiqué de la CENI.

Par ailleurs, L’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) et l’Association Africaine des Droits de l’Homme (ASADHO) ont invité les USA à élargir leurs sanctions à d’autres personnalités congolaises, en vue de lutter contre la corruption et de promouvoir l’avènement de la démocratie.

Ces deux organisations saluent les sanctions annoncées, vendredi, par les États-Unis contre Corneille Nangaa, Norbert Basengezi, Aubin Minaku, Benoît Lwamba et Marcellin Mukolo Basengezi. H.Ntumba