Rappel des troupes

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jamais Kingakati n’a été autant fréquenté. La ferme privée de Joseph Kabila a connu une activité politique intense depuis le début de la semaine dernière. L’autorité morale du Front commun pour le Congo (FCC) a mis tout en marche pour mieux contrôler sa méga-plateforme politique.

L’ancien président de la République a compris que c’est par le FCC qu’il pourra continuer à avoir un poids politique conséquent dans le microcosme du pouvoir en République démocratique du Congo même s’il a perdu le fauteuil présidentiel à l’issue des élections du 30 décembre 2018.

Le FCC a raflé la majorité absolue tant à l’Assemblée nationale que dans les assemblées provinciales. La conséquence est que cette plate-forme doit réclamer de droit la primature et pourrait avoir la majorité des gouverneurs dans l’ensemble du pays au terme de prochaines élections. 

Dès lors, Joseph Kabila veut s’assurer que tous ceux qui ont été élus sous le label FCC lui sont toujours fidèles. Les chefs des partis politiques et des plates-formes membres du FCC ont signé un acte d’engagement dans lequel ils jurent fidélité pour toute la législature à l’autorité morale.

Hier dimanche, tous les députés nationaux du FCC ont été présentés à Joseph Kabila avec l’assurance de lui rester fidèle dans toutes les orientations politiques qu’il aura données. Autant dire que le Raïs a consolidé sa majorité. Il resserre ses rangs de sorte que le FCC reste son arme politique pour continuer de régenter le pouvoir durant ce quinquennat. Le FCC sera incontournable dans tous les conciliabules politiques que le pays pourra avoir durant ces cinq prochaines années.

Décidément, Joseph Kabila ne veut pas disparaître de la scène politique congolaise. Il la dirigera depuis sa ferme privée de Kingakati. Après avoir dirigé la RDC pendant 18 ans, le fils de Mzée Laurent Kabila entend demeurer omniprésent dans la scène politique à travers le FCC. Mais, pour quel objectif ? Quand on sait que durant ses 18 ans de règne, il n’a réussi ni à redonner aux Congolais la dignité moins encore à faire de la RDC un pays émergent. Il a laissé la RDC dans le Top 10 des pays pauvres.