Election des bureaux définitifs/Assemblées provinciales : le FCC se taille la part du lion

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Hier lundi, 24 assemblées provinciales de la République démocratique du Congo se sont dotées de leurs bureaux définitifs. Hormis les provinces du Nord-Kivu et du Mai-Ndombe, les premières tendances donnent le FCC largement gagnant. Ce qui devrait réconforter l’assise politique de Joseph Kabila, autorité morale du FCC, alors que sa plateforme est assurée de
conserver la majorité au niveau de l’Assemblée nationale.

Le Potentiel


La date fixée par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) pour l’élection des bureaux définitifs des assemblées provinciales a été tenue. Hier
lundi, 24 assemblées provinciales de la RDC ont été appelés à élire leurs bureaux
définitifs. Seules les provinces du Nord-Kivu et du Mai-Ndombe n’ont pas été sou-
mises à cet exercice, en attendant les législatives nationales et provinciales prévues le 31 mars prochain.

Selon les premières tendances, c’est le Front commun pour le Congo (FCC) qui sort pratiquement gagnant. La plateforme politique de Joseph Kabila a raflé la mise, en s’adjugeant le contrôle des bureaux définitifs d’un nombre important des assemblées provinciales.

Dans les provinces où le candidat du FCC a été mis en ballotage défavorable, c’es un candidat de l’opposition, dite modérée, qui a été plébiscité.

A Kinshasa, c’est le député FCC, Godé Mpoy, qui a été élu président de l’assemblée provinciale. Le bureau définitif de l’assemblée provinciale du Lualaba sera présidé par le FCC Louis Kamwenyi Tumbu. Dans le Maniema, Gertrude Kitembo, présenté sur le ticket FCC, qui va se revoir sur le perchoir. Dans le Tanganyika, le FCC a réussi à imposer sa loi en faisant élire son candidat, Lulu Kitenge, à la présidence de l’assemblée provinciale. Dans le Haut-Uélé, le FCC Afounde Afongenda Sumbu prend les commandes de l’assemblée provinciale.

Même scenario dans le Haut Lomami où le FCC Héritier Katandula a pris le devant sur ses concurrents. L’équateur n’a pas échappé à la règle en plaçant à la tête de l’organe délibérant de la province le FCC Claude Buka.

Dans le Bas-Uélé, le FCC a conformé sa toute puissance en faisant élire au perchoir
Augustine Dako. A la Tshopo, le FCC Gilbert Bokungu hérite de la présidence de l’assemblée provinciale. Dans le Haut-Katanga c’est le FCC Freddy Kashoba qui a remporté la bataille face au vétéran Gabriel Kyungu wa Kumwanza.

Dans les provinces où le FCC n’a pas réussi à s’imposer, c’est un candidat de l’opposition, dite modérée, qui a eu les faveurs des députés provinciaux. C’est le cas du Kongo Central où Anatole Matusila, présenté sur la liste de l’Abako, a été élu président de l’assemblée provinciale. Patrice-Aimé Sessanga de l’Alternance pour
la République, père de Delly Sessanga, a été élu président de l’assemblée provinciale du Kasaï central. Yves Muamba
Kadima de l’UDPS/Tshisekedi a été élu président du bureau définitif de l’assemblée provinciale du Kasaï-Oriental.

Dans le Kasaï, le FCC est parvenu à faire élire à la présidence son candidat, Alois Mushitu Ngenge.

KABILA RÉCONFORTE SON ASSISE POLITIQUE

Dans d’autres provinces, les dernières tendances donnent le FCC largement
vainqueur.

Au vu des résultats de l’élection des bureaux définitifs des assemblées provinciales de 24 provinces de la RDC,
Joseph Kabila, autorité morale du FCC, vient de réconforter son assise politique dans le pays.

Alors que sa plateforme politique est engagée dans une coalition avec le CACH du tandem Félix Tshisekedi – Vital Kamerhe, Joseph Kabila en se tapant la part du lion aux élections des bureaux définitifs des assemblées provinciales, consolide également son emprise dans le microcosme politique de la RDC. L’ancien
président de la République devient désormais incontournable.

Majoritaire à l’Assemblée nationale où le FCC est assuré d’avoir la majorité – ce qui lui ouvre la voie à la direction du gouvernement – Joseph Kabila devrait vraisemblablement contrôler les exécutifs provinciaux. Sans compter le Sénat qui, apparemment, n’échapperait non plus à son contrôle. La Céni annonce les sénatoriales pour le vendredi 15 mars prochain.

Dans ces conditions, Joseph Kabila s’impose, avec son FCC, comme le passage
obligé pour le règlement de tout ce qui se rapporte aux affaires de l’Etat.