Les femmes leaders du Kasaï manifestent contre l’injustice et mauvaise volonté politique

Partager
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

La constitution de la République démocratique du Congo (RDC), telle que révisée et appliquée à ce jour, dans son article 14 alinéa 4 qui stipule : « La femme a droit à une représentation équitable au sein des institutions nationales, provinciales et locales ». Mais, ce droit constitutionnel reconnu à la Femme est une pilule difficile à avaler pour son partenaire Homme surtout dans cette région du Kasaï où les stéréotypes se portent à merveilles.

Les femmes leaders du Kasaï en sit-in, ce lundi 11 mars 2019, à l’Assemblée provinciale du Kasaï pour manifester leur mécontentement avant l’élection des membres  du bureau définitif de cette Assemblée.

Ces femmes sont passées par le Gouvernorat de la province avant faire un sit-in à l’Hémicycle provincial pour revendiquer leurs droits. Ce, en rapport avec le message de la Journée internationale de droits de la femme, célébrée le 08 mars 2019 et qui invite à « promouvoir le genre, à penser équitable, à innover pour le changement ».

Elles dénoncent entre autres, « l’injustice et mauvaise volonté des certains hommes politiques du Kasaï ; la faible représentativité des femmes dans les institutions provinciales et services étatiques ».

Ses femmes leaders exhortent les députés provinciaux à travers un mémo lu devant le secrétariat de l’Assemblée provinciale du Kasaï, de « mettre en application des dispositions pertinentes de l’article 14 alinéa 4 de la constitution en vue d’honorer la femme au cours de ce mois de mars que le monde entier célèbre les droits de la femme ».

Elles réclament aux députés provinciaux du Kasaï d’accorder, à l’unanimité, un vote massif à la candidature de l’unique femme, Kinda Kumambange Marie-Louise, élue de la conscription d’Ilebo au poste de questeur du bureau définitif de l’Assemblée provinciale et voter en âme et conscience en tenant compte de la parité conformément à l’article 23 du règlement intérieur.

Jackie Ngolela, correspondante à Tshikapa