Insécurité à Lubumbashi et Goma : Félix Tshisekedi en sapeur-pompier

Partager
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

A Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, et Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, l’insécurité bat son plein. De paisibles citoyens congolais sont tués dans l’indifférence la plus totale. Pour marquer son implication, le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi a décidé de faire le déplacement ces deux villes avec dans ses mains le bâton de la paix. A Lubumbashi, il a tenu, samedi dernier, la réunion du Conseil supérieur de la défense, assortie de mesures urgentes pour ramener le calme dans la capitale cuprifère. Avec la même détermination, il a débarqué dimanche à Goma, dans le Nord-Kivu.

Le Potentiel

Si la mise en place d’un nouveau gouvernement a pris du retard, le président de la républque, Félix Tshisekedi n’en démord pas dans sa détermination à aller de l’avant dans la marche de l’Etat. Il s’inscrit désormais dans la voie d’étouffer toutes les poches d’insécurité dans la partie Est de la RDC.

Depuis un temps, les populations de Lubumbashi et Goma vivent dans la psychose. A Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, la peur se lit sur tous les visages. A la base, des tueurs masqués qui charrient la mort et la désolation à leur passage. Le président de la République s’est  engagé à y mettre un terme.

C’est le vendredi que Félix Tshisekedi est arrivé à Lubumbashi, avec dans sa suite, le Premier ministre sortant et les principaux membres du gouvernement ainsi que les galonnés des services de la défense et de la sécurité. Sur place à Lubumbashi, le chef de l’Etat a présidé la réunion du Conseil supérieur de la défense, avec pour objectif de mobiliser les hommes des troupes et tous les services de sécurité aux fins de ramener le calme dans la ville de Lubumbashi.

A l’issue de cette réunion du CSP, à laquelle a également pris part le directeur de cabinet du chef de l’Etat Vital Kamerhe, des directives ont été données aux hommes des troupes et à tous les services de défense et de sécurité pour que souffle dans la ville de Lubumbashi un nouveau vent de sécurité. Dans sa communication aux membres du CSP qui ont fait spécialement le déplacement de Lubumbashi, le chef de l’Etat a donné des orientations précises pour que Lubumbashi retrouve tout son accalmie.

Dans la ville, les témoignages affluent déjà. Avec le passage du chef de l’Etat, la population rend déjà compte d’un retour au calme. « Depuis un temps, Lubumbashi était plongé dans une insécurité totale. On tuait ça et là, sans que les autorités ne trouvent les moyens d’y mettre fin. Depuis que le chef de l’Etat a annoncé son arrivée, le calme est presque revenu. Nous espérons que ça va continuer ainsi, même après le départ du président de la République », a indiqué un taximan interrogé sur la place de la Poste, au cœur du centre-ville de Lubumbashi. Un autre habitant de Lubumbashi n’a pas pu retenir son émotion. « Les autorités savent ce qui se passe à Lubumbashi, mais, elles ont laissé faire. J’espère qu’après le passage du président de la République, des choses vont évoluer dans le bon sens », note-t-il.

Le CSP impose le rythme

Quoi qu’il en soit, en délocalisant vers Lubumbashi, la réunion du CSP, le chef de l’Etat a posé un geste fort vis-à-vis de ceux qui, tapis dans l’ombre, cherchent à créer le désarroi dans la ville. S’agissant de la situation sécuritaire de la ville de Lubumbashi et ses environs, le CSP a donc décidé de la suppression de tout détachement des policiers, des militaires ainsi que des éléments de la Garde républicaine (GR) dans le gardiennage et les sociétés minières compte tenu du déficit d’encadrement des hommes de troupes de la Police et de l’armée.

Pour remonter le moral des troupes et réengager les services de la défense et de sécurité dans le schéma de la paix, le CSP a levé l’option de permuter certains officiers, avec la promesse d’améliorer le bien-être des troupes.

« En ce qui concerne l’administration, le Chef de l’Etat a décidé la permutation des officiers et la relève des troupes au sein de l’armée et de la police. En ce qui concerne le social, le Président de la République a décidé de procéder à l’amélioration du bien-être du militaire et du policier et la régularisation des grades », a déclaré Michel Bongongo, assumant l’intérim du ministre de la Défense, dans le communiqué final lu à l’issue de la réunion du Conseil supérieur de la défense.

Après Lubumbashi, cap sur Goma

Comme à Lubumbashi, la ville de Goma est confrontée au même problème d’insécurité, subissant les ondes de choc du vent qui soufflait depuis des mois les villes de Beni et Butembo.

C’est pourquoi, après Lubumbashi, le chef de l’Etat a mis le cap sur Goma où il entend imprimer la même dynamique que celle insufflée dans le chef-lieu du Haut-Katanga.

Selon le programme du protocole d’Etat de la présidence de la République, c’est le dimanche dans la matinée que le président Félix Tshisekedi est arrivé à Goma. Le chef de l’Etat est porteur d’un message comme celui livré aux populations de Lubumbashi. Il s’agit de mobiliser tous les services de l’Etat pour le retour rapide de la paix.

Autant dire qu’après avoir consolidé le front extérieur, au regard de nombreux voyages que le chef de l’Etat vient d’entreprendre en dehors du pays, Félix Tshisekedi se recentre maintenant sur le front intérieur. Quoi de plus normal que de commencer ce périple national par la partie Est de la RDC en proie à une vague permanente d’insécurité. En tout cas, après son passage à Lubumbashi, le chef de l’Etat a donné le ton. Ramener la sécurité dans les zones troublées de l’Est de la RDC est désormais son cheval de bataille.