En s’alignant dans la Majorité parlementaire, l’UDPS et l’UNC vendent leur âme à Kabila

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entre l’Udps de Félix Tshisekedi, l’Union pour l’UNC de Vital Kamerhe ainsi que le FCC de Joseph Kabila, c’est le parfait amour. C’est à l’Assemblée nationale que les trois partis ont décidé de lier leur sort sous les couleurs de la Majorité parlementaire. Qui l’eût cru il y a encore quelques mois ?  S’agissant de l’Udps, le révirement est spectaculaire. C’est la négation d’un combat politique de 37 ans. En se jetant dans les bras de Kabila, l’Udps et l’Unc viennent de vendre leur âme.

Le Potentiel

On s’en doutait jusqu’à un certain moment. Mais, la récomposition des cartes au sein de l’Assemblée nationale vient de lever toute équivoque.

Selon la liste de déclarations de l’appartenance politique des partis ou regroupements formalisée le 15 avril 2019 par le bureau provisoire de l’Assemblée nationale, on connait désormais l’architecture politique de la Chambre basse du Parlement. Sur la base de la liste provisoire de 485 députés nationaux validés à l’Assemblée nationale, bien avant les élections partielles de Beni, Butembo et Yumbi, la Majorité parlementaire compte 382 députés nationaux, contre 103 pour l’opposition.

Jusque-là, il n’y a rien de surprenant, pour autant que l’Assemblée nationale a toujours été dominée par deux forces politiques distinctes. Mais, c’est en fouillant dans la composition de chaque composante que l’on s’aperçoit de la grande mutation politique qui s’est operée au sein de la nouvelle Assemblée nationale. Au-délà de toute sa nébuleuse, le FCC a réussi à s’entraîner dans son camp deux alliés de taille. Il s’agit de l’Udps de Félix Tshisekedi et de l’UNC de Vital Kamerhe. Désormais, ces deux partis, jadis relevant de l’opposition la plus farouche à Joseph Kabila, feront route avec le FCC du même Kabila dans la Majorité parlementaire.

Pour certains, c’est le monde à l’envers. Mais, au nom de la Realpolitik, l’Udps et l’Unc ont préféré se détourner de leur idéologie . La mutation que s’est opérée en ce qui concerne l’Udps de feu Etienne Tshisekedi est tout à fait atypique. Le cas de l’Unc pourrait être relativisé dans une certaine mesure, compte tenu de la versatilité de son leader.

Il ne faut donc plus se faire d’illusions. Au sein de l’Assemblée nationale, l’Udps battra pavillon Majorité parlementaire. C’est le choix politique qu’a opéré le parti de Félix Tshisekedi, après sa victoire à la présidentielle de décembre 2018.

Sous l’emprise de Kabila

Avec cet alignement de l’Udps et de l’Unc dans la Majorité parlementraire, le FCC doit sûrement se frotter les mains. Pour son autorité morale, le président honoraire Joseph Kabila, c’est un coup politique de haute portée historique qui va encore renforcer son emprise sur l’échiquier politique de la RDC.

En effet, au sein de la nouvelle majorité parlementaire, le FCC s’impose comme la première force. C’est donc le regroupemenet politique de Kabila qui va insuffler la dynamique du groupe en entraînant la majorité parlementaire à entériner ses choix politiques. Pour le président de la République, Félix Tshisekedi, c’est un lourd handicap qu’il devra porter tout au long de son mandat.

Comment parviendra-t-il à s’imposer dans une majorité parlementaire où sa coalition Cach (Cap pour le changement) est largement minoritaire ? On ne sait pas par quelle magie le chef de l’Etat va se soustraire du piège du FCC ? A moins qu’il fasse preuve d’un tact politique hors norme. On le lui concède d’ailleurs.

En se décidant de se jeter dans les bras du FCC pour cheminer ensemble au cours de cette mandature, l’Udps et l’Unc ont vendu leur âme à Joseph Kabila. C’est le moins que l’on puisse dire.

Autorité morale du FCC, Joseph Kabila a réussi à quadriller l’espace politique congolais. Il a certes perdu la présidentielle, mais par un tour de passe-passe, il s’est imposé haut la main aux légisatives nationales et et provinciales, tout en s’adjugeant le contrôle de la majorité des assemblées et des exécutifs provinciaux.

Grâce à cette abondante moisson politique, Kabila est finalement passé à l’offensive, avec comme lieu de prédilection l’Assemblée nationale. L’Udps et l’Unc sont ses premiers trophées de guerre. En les ayant à ses côtés, Kabila est serein. Il peut dès lors les assommer facilement, après les avoir étouffés.

C’est dans ce décor politiquement difficile que le président Félix Tshisekedi devra exercer son pouvoir durant les cinq prochaines années.Le FCC ne lui laissera pas les mains libres, quoique partenaires dans une même majorité parlementaire. C’est une certitude.

Le jeu politique de cette mandature est tout aussi compliqué que complexe. Avec Joseph Kabila dans le rôle de commandant en chef du FCC, le chef de l’Etat Félix Tshisekedi devra composer avec un partenaire encombrant qui ne manquera pas de lui mettre de peaux de banane chaque fois que ses intérets seront en danger.

C’est le prix à payer par l’Udps et l’Unc pour avoir vendu leur âme à Kabila.