L’hostilité de Martin Fayulu à Félix Tshisekedi dépasse les limites de l’acceptable

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De retour à Kinshasa, ce dimanche 28 avril 2019 après sa tournée euro-américaine, le candidat malheureux à la présidentielle de décembre 2018, Martin Fayulu, continue de contester le pouvoir de Félix Tshisekedi. Il est accueilli par des milliers de ses partisans qui l’ont accompagné jusqu’à à la place Sainte-Thérèse de Nd’jili où il a tenu un meeting jugé hostile au président de la République, Félix Tshisekedi. Martin Fayulu soupçonne en outre, la coalition FCC-CACH de vouloir s’éterniser au pouvoir.

Prenant la parole devant ses partisans, Martin Fayulu a critiqué amèrement la gestion du chef de l’État, Félix Tshisekedi qu’il accuse d’avoir dépensé tout le budget annuel de la prescience en trois mois.

Pour Martin Fayulu, le pouvoir de Félix Tshisekedi est « totalement contre le choix du peuple » car, affirme-t-il, il l’a obtenu de manière frauduleuse en signant des accords avec Kabila. « Ce pouvoir que Félix Tshisekedi a obtenu de Kabila est contre la volonté du peuple congolais. Aujourd’hui nous sommes à 100 jours moins six, nous sommes à 94 jours mais, il fait quoi ? Il a dépensé le budget annuel de la présidence en trois mois et demi », a-t-il affirmé.  

Dans cette optique, il promet des actions de mobilisation dans les prochains jours. Le surnommé « soldat du peuple » invite les Congolais à suivre l’exemple des algériens en vue de récupérer le pouvoir. « Est – ce que les algériens nous dépassent dans la mobilisation ? Nos frères de l’Algérie nous dépassent-ils ? Bouteflika a passé beaucoup d’années au pouvoir, il est fini comment », s’est-il interrogé.

« Pousser à la démission… » ou appel à l’insurrection?

Profitant dudit meeting, Martin Fayulu a fait savoir que lui et ses paires sont rentrés au pays pour « non seulement veiller sur le respect de la Constitution, mais aussi, pousser Félix Tshisekedi à démissionner.  « Je vous dis que les amis soudanais et algériens n’ont pas eu recours aux armes. Maintenant, je suis de retour. Nous allons nous entendre pour dire à Félix Tshisekedi de démissionner. Il doit quitter. Qu’il arrête les bêtises », a t-il insisté.

Le candidat malheureux à l’élection présidentielle considère que, Félix Tshisekedi aurait réussi à vendre le pays à Joseph Kabila dont la coalition garde une mainmise sur la gestion du pays. Pour cela, Martin Fayulu parle du pouvoir de la « honte ». « Félix Tshisekedi nous a fait la honte. Il a vendu le pays à Kabila.  Ce Kabila est venu pour déstabiliser la République démocratique du Congo », a affirmé Fayulu.

Cependant, le discours de Martin Fayulu est perçu dans l’opinion comme une incitation à l’insurrection ou à la révolte. De ce discours, il se dégage une sorte d’animosité préméditée contre le leadership de Félix Tshisekedi. Il y a quelques mois, avec son légendaire discours de « vérité des urnes », -laquelle « vérité » seuls lui et ses amis connaissent -, Fayulu a créé une sorte de psychose et de terreur, suscitant de la haine tribale dans la population au point d’engendrer une épuration ethnique contre les « baluba », les kasaïens.

Cette option n’ayant pas marché à cause de l’implication de plusieurs acteurs qui ont dénoncé haut et fort ce plan machiavélique des ennemis du Congo, l’homme a changé de stratégie en jouant à la souris. Tel un catalyseur, Fayulu salue la « bravoure » des militants de l’UDPS pour, flatte-t-il, avoir demandé à Félix Tshisekedi de leur montrer l’accord qu’il a signé avec Kabila. « Je remercie les amis de l’UDPS qui ont demandé à Tshisekedi de leur montrer l’accord qu’il a signé avec Kabila. Nous allons tous exiger cela », a-t-il tranché devant la foule. Au nom de la coalition « Lamuka », Martin Fayulu promet de faire pression pour que l’accord signé entre le FCC et CACH soit révélé à tout le peuple congolais.

Pour rappel, Martin Fayulu Madidi se considère toujours comme le « président élu » de la RDC, alors que cette page est déjà tournée. Mais, en dépit de tous ces travers dans son discours, le meeting tenu par la coalition « Lamuka » s’est passé sans incident. Ceci est un signal fort que donne le nouveau régime en matière d’un État véritablement de droit. « Quand un meeting se déroule sans violation des droits humains de tous les côtés, c’est la démocratie qui gagne », s’est réjoui Jean-Claude Katende, président l’Association africaine de défense droits de l’homme (Asadho).

H. Ntumba et S. Ntambwe

4 thoughts on “L’hostilité de Martin Fayulu à Félix Tshisekedi dépasse les limites de l’acceptable

  1. Mafa ne pas observateurs il ne peut pas faire mieux en opposition comme Etienne Tshisekedi qui a lutter sans démocratie. alors lui fait le miting même à la place ste Teresa sans répression les congolais voir et comprend que Fayulu est fou.
    Algérie et Soudan été inspiré de la RDC

  2. Le congolais ne manque pas de passion mais n’est pas outillé pour initier un débat social et économique idéologique. C’est ainsi que le théâtre politique qui n’est plus amusant et se résume dans un vide profond mais facile prend une ampleur imaginable. Il aussi confesser que jusqu’à ici l’écosystème politique réprime sévèrement un esprit libre ou la recherche de la raison. La qualité médiocre du duel entre Le Président Félix et Fayulu ou le manque d’ingrédients sociaux et économiques dans le noeud entre FCC et CACH sont des reflets de l’état du dialogue congolais a tout les niveaux. Il y a aux experts, surtout dans les médias, de ne pas avoir honte ou peur d’user de leurs intellect pour élever la qualité du débat à tout les niveaux enfin de contraindre les acteurs politiques d’être homme et femme d’état ou initier une vague des jeunes.

  3. la sorcellerie n’est pas seulement nocturne, ce qui fais fayulu le monde entier est témoin. bref, c’est une sorcellerie inconsciente acquise peut être depuis le sein de sa mère et il lui faut une délivrance.

Comments are closed.