Jojo M. Sekimonyo: «Le péché de Lamuka c’est l’absence d’une idéologie sociale, politique et économique dans leur charpente»

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Auteur de plusieurs ouvrages sur la politique économique dont « L’enfer, c’est lui » et « Génocide économique », Jojo M. Sekimonyo critique le mode de politique fait par la coalition « Lamuka ». D’après lui, l’élément primordial du schéma de Lamuka, est d’être complice de toute l’élite dans la stratégie de la diversion qui consiste à détourner l’attention du public, au lieu de faire l’opposition républicaine.

Eu égard à la mutation qui vient de s’opérer dans la coalition « Lamuka » en optant pour une coalition politique, le Prof. Jojo M. Sékimonyo a, dans une interview qu’il a accordée à Lepotentielonline, critiqué la stratégie adoptée par ladite coalition qui n’arrive pas à jouer pleinement son rôle en tant qu’opposant.

« Dans l’embarras, au lieu d’une opposition politique, Lamuka fait de la politique d’opposition. L’élément primordial de leur triste schéma, est d’être complice de toute l’élite dans la stratégie de la diversion qui consiste à détourner l’attention du public sans présenter les vrais problèmes », a-t-il expliqué.

D’après Jojo Sekimonyo, Lamuka s’est livré dans des distractions et des informations insignifiantes, visant à fourvoyer le peuple congolais. Se référant au récent meeting tenu à la Place Sainte-Thérèse à Nd’jili, Jojo M. Sekimonyo a fustigé les propos tenus par le candidat malheureux à la présidentielle de 2019, Martin Fayulu, dans lesquels il réclamait la démission de l’actuel chef de l’État, Félix Tshisekedi.

A cet effet, il invite la coalition « Lamuka » à la révision de sa stratégie politique, en optant pour des messages visant à présenter les problèmes du pouvoir en place et non, en se focalisant sur les messages pouvant inciter les Congolais à la révolte.    

« Le péché de Lamuka est l’absence d’une idéologie sociale, politique et surtout économique moderne dans leur charpente. Il s’agit d’une vase vide. Ceci a conduit à la fragmentation post-électorale de leurs confréries ne défendant qu’un phantasme primitif et des créatures impures, dans un désordre émotionnel complet. Mais, le problème de légitimité politique est une tradition congolaise », martèle-t-il. 

Jojo Sekimonyo estime que « Lamuka » a du mal à s’ériger en contrepoids idéologique du régime en place, par manque d’appréciation du nouveau contexte politique. « Et s’il y a une aspiration de se transformer en plateforme d’opposition moderne, il faut que Lamuka se réveille, autrement dit en lingala, balamuka ! », a-t-il renchéri.

Hervé Ntumba