Guy Matondo n’a pas convaincu

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’interpellation du ministre provincial en charge des Finances de Kinshasa avait trois préoccupations : le surendettement du gouvernement provincial de Kinshasa, l’hypothèque des recettes de la ville et le dysfonctionnement des services de l’Exécutif provincial.

Florent N’Lunda N’Silu

Le ministre provincial en charge des Finances, de l’Economie, du Commerce, de l’Industrie, des petites et moyennes entreprises (PME) et de l’artisanat de Kinshasa, Guy Matondo, n’a pas convaincu l’Assemblée provinciale de Kinshasa, réunie hier lundi 6 mai 2019 en plénière. C’est le cas de le dire après sa réplique, intervenue après le délai de 48 heures lui accordé par la plénière de l’organe délibérant, aux préoccupations soulevées par les députés provinciaux sur la gestion des finances de la ville de Kinshasa, lors de la plénière du jeudi 2 mai dernier.

« Le ministre Guy Matondo est resté évasif avec des réponses superficielles », a rétorqué l’auteur de l’interpellation du ministre en charge des Finances, le député provincial Didier Te Litho Tenge.

L’interpellation avait trois préoccupations : le surendettement du gouvernement provincial de Kinshasa, l’hypothèque des recettes de la ville et le dysfonctionnement des services de l’Exécutif provincial.

« On ne peut continuer ainsi », a martelé le député Te Litho Tenge dans sa conclusion, allusion faite à l’intervention du ministre provincial en charge des Finances qui vient de démontrer comment la ville de Kinshasa a été gérée.

Devant la gravité des faits, le président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, Godé Mpoyi, a dit attendre la motion de défiance de  l’organe délibérant pour permettre à son bureau d’engager la procédure de mise en accusation du ministre provincial en charge des Finances. « Cela en s’appuyant sur la Constitution et d’autres textes légaux », a-t-il affirmé.

Dans la foulée, le président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa a annoncé que la commission qui a été mise sur pied pour auditer la ville de Kinshasa va débuter son travail avant la fin de cette semaine. Y seront joints quelques inspecteurs des finances.

« À la fin des travaux de cette commission, toute personne impliquée dans la mégestion de la ville de Kinshasa sera traduite en justice », a annoncé Godé Mpoyi qui a promis « qu’on ne va pas reculer et on ne lâche rien ».

Ce mardi 7 mai, il est prévu la remise et reprise entre le ministre provincial Guy Matondo et son successeur. 

Dans sa réplique, le ministre Guy Matondo a révélé que la ville de Kinshasa a logé des comptes transitoires en franc congolais et en dollar américain. « Ces comptent recueillent les impôts et taxes dus aux assujettis », a-t-il précisé.

« Pourquoi la vignette a-t-elle été cédée à un privé ? ». « C’est faux », a rétorqué le ministre Matondo. Il a ajouté que la ville de Kinshasa a constaté sur le terrain, l’existence des vignettes parallèles. Après l’adjudication, l’opérateur qui a gagné le marché n’intervient qu’à l’étape de l’impression des vignettes, la matérialisation étant laissé à la Direction générale des recettes de Kinshasa (DGRK).

En ce qui concerne la production de différentes dates d’endettement du gouvernement provincial de Kinshasa dans différentes banques, Guy Matondo a fait savoir qu’il y a eu l’endettement, le 10 juillet 2018, auprès de Raw Bank, de 2 500 000 dollars américains. Cette somme a servi à l’achat de 48 véhicules destinés aux vingt-quatre communes de la capitale. Ce sont les bourgmestres qui ont commandé ces véhicules, la ville a simplement garanti l’opération.

L’autre endettement contacté auprès de l’UBA représente une somme de 14 millions de dollars américains. Il a servi, notamment à macadamiser l’avenue Kulumba, à Kingwaba, et à  construire une morgue.

 Auprès de l’Afriland Bank, l’endettement de 2 millions de dollars américains, qui a eu lieu le 12 octobre 2018, a servi, notamment à l’achat du carburant pour le service d’assainissement de la ville. Mensuellement, la ville dépense 150 000 dollars américains pour l’achat du carburant.

Enfin, le ministre Guy Matondo a révélé, en ce qui concerne l’enveloppe salariale globale de la ville de Kinshasa, elle s’élève à 1 800 000 000 en Fc mensuellement et 21 780 000 000 Fc annuellement. « Les arriérés de salaire et indemnités de sortie s’élèvent, quant à eux, à 13 130 000 000 Fc », a en croire Guy Matondo.