Le Chef de l’Etat et toute la nation rendent les derniers hommages à Lutumba

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La RDC et toute l’Afrique se sont rangées, hier dimanche 5 mai 2019, pour rendre un dernier hommage mérité au poète Lutumba Simaro, ce digne fils qui a su ajouter une touche spéciale au rayonnement de la Rumba congolaise.

Pitshou Mulumba

Il a conquis l’estime et forcé l’admiration des millions de ses contemporains. Et son souvenir, sans doute, va résister dans le temps. Oui, dans le temps, parce qu’il a su par son talent, se dresser une couronne immortelle dans la phalange des héros de la musique africaine.

Il s’agit bien du poète Lutumba Simaro. La RDC et toute l’Afrique se sont rangées, hier dimanche 5 mai 2019, pour rendre un dernier hommage mérité à ce digne fils. Lui qui a su ajouter une touche spéciale au rayonnement de la Rumba congolaise.

Son dernier show d’adieu pour son public l’a été dans une salle des Spectacles du Palais du Peuple à Kinshasa, empreinte de l’émotion et du souvenir. Souvenir ravivé par les différentes interprétations de ses œuvres, lesquelles ont fait de lui un des porte-étendards de la musique congolaise dans le monde. Entretemps, son corps inerte et sans vie gisait paisiblement dans la bière devant plusieurs disciples d’Orphée.

Le Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, a personnellement répondu à ce rendez-vous d’au-revoir pour cet artiste transgénérationnel. Il était le premier à déposer sa gerbe des fleurs.

Dans la foulée, le Congo-Brazzaville a également marqué sa présence avec notamment le vice-Président de l’Assemblée nationale Léon-Alfred Opimba. Ce dernier a déposé sa gerbe des fleurs sous les regards attentionnés de son hôte, la Présidente de l’Assemblée nationale de la RDC, Jeannine Mabunda.

Pour la famille biologique de l’illustre disparu, Lutumba Simaro a lutté pour ses idéaux. Et les valeurs humanistes qu’il laisse comme héritage, seront transmises aux générations futures, promesse de sa petite fille. Représentant la corporation des artistes musiciens, Verckys Kiamwangana, n’a pas eu le courage de lire jusqu’au bout son mot de circonstance. Il a reconnu, avant de fondre en larmes, le courage, la persévérance et la précieuse qualité de cœur du poète Lutumba.

Et dans son oraison funèbre, le Premier ministre Bruno Tshibala, a loué le modèle de loyauté pour cet artiste qui a été à la fois guitariste, auteur compositeur d’exception, poète et philosophe. Lutumba Simaro, a révélé le Premier ministre, a su préparer son départ. Il a eu la prémonition de demander aux autorités de l’honorer de son vivant. Une demande qui a favorablement été rencontrée. Il a été élevé dans l’ordre national de héros nationaux Lumumba-Kabila. Un monument a été érigé en son honneur. Ce buste de bronze d’1,10 m de longueur et de 90 m de largeur à l’effigie de l’artiste se trouve précisément au croisement des avenues Nyangwe et libération, ex-24 Novembre. Et bien plus, en marge du 80ème anniversaire de cet artiste, l’avenue Mushi dans la commune de Lingwala a été débaptisée, le 19 mars dernier, avenue du Poète Lutumba Simaro.

Célébré dignement suivant sa dernière volonté, l’auteur du Cœur artificiel, Mandola, Testament Ya Bowule, Mabele Nzoto, Okozela trop faute ya commerçant, etc., repose désormais à Nécropole entre Terre et ciel.  Et la RDC a perdu son Orphée.