Théo Ngwabidje, nouveau gouverneur du Sud-Kivu : «Le changement, c’est maintenant par le travail »

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Désormais, c’est l’AFDC-A Théo Ngwabidje Kasi qui siège à la tête de la province du Sud-Kivu. A Bukavu, son retour de Kinshasa, après la validation de sa nomination, par ordonnance présidentielle, a été salué par une liesse populaire. Il ambitionne de gouverner autrement la province du Sud-Kivu, une province longtemps meurtri par les groupes armés et le sous-développement.

Après la série d’ordonnances présidentielles portant investiture des gouverneurs et vice-gouverneurs de province, l’heure est à la remise et reprise dans différentes provinces. A Kinshasa, Gentiny Ngobila a pris, mardi dernier, les commandes de l’Hôtel de ville de Kinshasa. D’autres provinces se préparent déjà au même exercice. Dans le Sud-Kivu, c’est l’AFDC-A, Théo Ngwabidje Kasi, qui sera aux commandes de la province, assisté de l’UNC Fiston Malago. Leur arrivée mardi à Bukavu, après une immersion à Kinshasa, a été suivie d’un mouvement de liesse dans la ville.

Ils ont été accueillis à l’aéroport de Kavumu par le gouverneur ad intérim Adolphe Bizimungu Doly, accompagné de plusieurs membres des partis politiques de la coalition FCC-CACH et d’autres anonymes. C’est toute la ville de Bukavu qui s’est donné rendez-vous à l’aéroport de Kavumu pour saluer leurs dirigeants qui incarnent aujourd’hui le renouveau de la province du Sud-Kivu.

L’autorité provinciale du Sud-Kivu a profité de son séjour à Kinshasa pour plaider en faveur de sa juridiction auprès des autorités du pays, pour que le changement longtemps souhaité au Sud-Kivu soit une réalité. « Désormais, un souffle nouveau doit être imprimé et que chaque sud-kivutien contribue au développement de la terre de nos ancêtres, je veillerai à l’amélioration des conditions de vie de nos populations en veillant sur la réalisation de différents travaux de construction et réhabilitation des routes et autres infrastructures. Je viens combattre l’insécurité sous toutes ses formes », a déclaré le tout nouveau gouverneur Théo Ngwabidje.

En effet, la population du Sud-Kivu attend beaucoup de son nouvel exécutif provincial. Des défis sont immenses, notamment en termes d’infrastructures routières, de la sécurité et du social.

Les Sud-Kivutiens croient en ce jeune qui a fait des preuves durant sa carrière à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) où il a gravi les échelons jusqu’à occuper le poste de directeur provincial de la CNSS/Sud-Kivu. Il a d’ailleurs été plébiscité meilleur directeur provincial par la direction générale de cet établissement public.

Son projet, présenté lors de la campagne électorale, a été le meilleur, ayant une grande adhésion de la population du Sud-Kivu qui veut voir un changement positif dans tous les secteurs d’activités de la province. Pour le peuple du Sud-Kivu, qui s’est mobilisé comme un seul l’homme pour réserver un accueil délirant à son digne fils, Théo Ngwabidje Kasi, incarne le changement.

L’émergence, la cohabitation pacifique, la stabilité des institutions et le développement de la province seront effectifs avec le leadership de ce cadre de l’Alliance des forces démocratiques du Congo, dont le slogan de campagne a été « Le changement, c’est maintenant par le travail ».

La remise et reprise entre le gouverneur ad intérim et la nouvelle équipe est prévue ce jeudi à Bukavu.

Agé de 48 ans, le nouveau gouverneur de Sud-Kivu est originaire de l’île d’Idjwi-sud. Il est marié et père de famille, licencié en sciences économiques.

Avant de passer 16 ans à la CNSS comme expert, il a eu à travailler à la présidence de la République comme assistant au sein de « la cellule des experts en organisation » au cabinet de conseiller spécial du chef de l’Etat. Ce travail lui a permis de connaître les enjeux politique, économique et sécuritaire du pays et, particulièrement, de la province du Sud-Kivu.

Ses responsabilités à la tête de CNSS/Sud-Kivu lui ont permis de parcourir toute la province, de palper du doigt ses réalités, les difficultés et les attentes de la population.

LP