Course à la primature en RDC : pourquoi alors la désignation du nouveau Premier ministre tarde à venir ?

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En RDC, la nomination du Premier ministre se fait toujours attendre, alors que ce n’est plus une question des jours, mais des heures. L’opinion s’interroge pourquoi la désignation du nouveau Premier ministre tarde à venir. Une source à la présidence, affirme que Félix Tshisekedi entend surprendre la population avec un oiseau rare. Entre-temps, la Communauté internationale souhaite voir le président de la République nommer une personnalité reflétant plus le changemen.

Toutefois, les caciques du Front commun pour le Congo (FCC) mettent des pressions à Félix pour procéder à la nomination du Premier ministre. Alors que tout a été déjà fait, mais la Communauté internationale souhaite voir la politique de la République démocratique du Congo s’améliorer sur tous les plans avec des nouveaux dirigeants. 

Il faut noter que les négociations sont déjà closes entre FCC et CACH. Ces derniers ont les yeux rivés sur la présidence pour la nomination du Premier ministre.  Dans cette optique, il importe de savoir que la présidence de la République a durci certaines « modalités » de partage des postes ministériels. C’est ce qui fait aussi qu’il y a des tensions qui bloquent la nomination d’un gouvernement qui doit d’abord passer par la désignation d’un Premier ministre.

Conclu début mars pour le « partage du pouvoir », le FCC et le CACH doivent se soumettre au choix qui sera opéré par Félix Tshisekedi quant à la primature, note-t-on.

Pour rappel, Felix Tshisekedi avait refusé de nommer Albert Yuma comme chef du gouvernement. Yuma est l’actuel chef du patronat congolais et président de la Gécamines dont sa gestion passée a fait l’objet de plusieurs critiques. Entre-temps, les Congolais souhaitent voir le président de la République nommer un Premier ministre dont son gouvernement sera composé de nouvelles figures pour la bonne gestion de la chose publique. Étant restés patients, ils invitent Félix Tshisekedi à la publication rapide du gouvernement en vue d’exécuter son programme.

En partageant des postes ministériels, d’autres sources renseignent que le FCC souhaite tout rafler au préjudice du CACH. Une proposition qui est à rejeter, car ces deux regroupements politiques ont conclu un accord d’œuvrer ensemble.