Kasaï: la Sage-femme sensibilisée sur les droits de la femme

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A l’occasion de la Journée Internationale de la Sage Femme, célébrée le 09 mai de chaque année, les sages-femmes de la province du Kasaï ont été sensibilisées à vulgariser les droits de la femme.

Placée sous le thème: « Sage femme, défenseure des droits de la femme », la journée de jeudi 09 mai 2019 a été une occasion pour la présidente de l’Association des Sage Femmes du Kasaï, José Mianda, d’inviter toutes les sages femmes de la province de vulgariser les droits de la femme. 

Selon José Mianda, plusieurs droits de la femme qui accouchent sont bafoués faute de connaissance. D’après elle, cette femme doit connaitre ses droits. Notamment, choisir sa position pour accoucher sans être imposée ou injectée des produits contre sa volonté. « La sage-femme est mieux placée pour connaître les droits  de la femme », a affirmé José Mianda.

Pour cela, la sage femme doit mettre en pratique son savoir faire pour pouvoir répondre aux besoins de la femme, parce que, la présidente de l’Association des sages-femmes du Kasaï, « elle est l’unique qui incarne les trois catégories des femmes dans le secteur de la santé, à savoir: gynéco-obstétricienne, accoucheuses et pédiatrie ».

Au-delà des droits que doit connaître les sages femmes, José Mianda plaide auprès des autorités sanitaires et politico-administratives, pour l’utilisation de la sage-femme à la place qu’il faut et de veiller sur sa rémunération. Car, a-t-elle déploré, « la sage femme est sous-utilisé en médecine interne, pharmacie, réception et d’autres services ».

Jackie Ngolela, correspondante à Tshikapa