Retour de Né Muanda Nsemi en prison : Enfin, le ministère de l’Intérieur plane au-dessus du CNSA

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enfin, le président du mouvement politico-religieux, Bundu dia Mayala (BDM), Ne Muana Nsemi, est retourné en prison d’où il s’était évadé depuis 2017. Cela explique l’influence que le Ministère de l’Intérieur a exercée sur le Conseil national de suivi de l’accord (CNSA).

Affaibli par la maladie, le leader du mouvement politico-religieux et ancien député, est admis ce vendredi 10 mai 2019, au centre de santé de la Prison de Makala. Il se plaint d’un malaise dont l’origine n’est pas encore révélée. Avant qu’il ne soit reconduit à la Prison de Makala, l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) proposait au Procureur général près la Cour de cassation que Ne Muanda Nsemi soit placé en résidence surveillée, qu’il soit auditionné pour évasion et que soit classés sans suite tous les dossiers ouverts à sa charge.

Ne Muanda Nsemi était réapparu lundi 6 mai à Kinshasa. Il a été présenté à la presse par Joseph Olenghankoy, président du CNSA de l’Accord du 31 décembre 2016. Il avait affirmé qu’il rentrait afin de consolider la paix dans le pays, travailler avec tout le monde pour la reconstruction de République démocratique du Congo.

Le Vice-Premier ministre et ministre intérimaire de l’Intérieur et Sécurité, Basile Olongo, avait ordonné l’arrestation de l’évadé Ne Muanda Nsemi. Quant à lui, les faits reprochés à Ne Muanda Nsemi « sont extrêmement graves ». Il indique qu’il doit d’abord regagner sa cellule tant qu’il n’a pas encore bénéficié de la mesure de grâce.

Le parti politique Bundu dia Mayala (BDM) dans le Kongo Central invite ses membres ainsi que toute la province au calme. Dans une déclaration faite le même jeudi à Matadi, le président provincial de ce parti, Masika Lusiamo, condamne « les propos irrévérencieux » du ministre intérimaire de l’Intérieur, Basile Olongo.

Hervé Ntumba