Amélioration du climat des affaires et des investissements : de bonnes perspectives se dessinent

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La 2ème édition des journées portes ouvertes, organisées du 9 au 11 mai 2019 par l’Anapi (Agence nationale pour la promotion des investissements), a vécu. Des moments d’échanges qui ont permis de baliser la voie pour gagner la grande bataille de l’amélioration du climat des affaires et des investissements.

F.K.

Au regard du grand succès récolté par les trois jours d’échanges autour de l’assainissement de l’environnement des affaires en République démocratique du Congo, le directeur général de cet établissement, Anthony Nkinzo, n’a pas caché sa joie. Il est convaincu que la RDC est sur la bonne voie pour gagner la bataille de l’amélioration de son climat des affaires. Il considère par ailleurs que les objectifs inscrits par l’Anapi au travers de ces journées portes ouvertes ont été « atteints ».

« Ces contacts ont permis de collecter les différents avis et suggestions des bénéficiaires en vue de la planification de futures réformes et de susciter dans le chef des institutions du pays un intérêt particulier, un engagement ferme et une implication dans le processus d’assainissement du climat des affaires et de l’amélioration du classement de la RDC dans le rapport Doing Business 2020 », a déclaré le directeur général de l’Anapi.

Pendant ces trois jours d’échanges, des acteurs du secteur public et privé se sont retrouvés autour d’une même table pour baliser la voie en vue de donner plus de visibilité à l’exercice des affaires en RDC. Tous les contributeurs, à quel niveau de compétence, impliqués directement ou indirectement dans les indicateurs pris en compte dans le rapport Doing Business de la Banque mondiale ont pris une part active à ces journées. Le gouvernement n’a pas non plus dérogé à la règle en participant aux différents ateliers organisés en marge de ces journées pour donner plus de garanties aux hommes d’affaires.

A l’Anapi, on prend rendez-vous en novembre prochain, lors de la publication du prochain rapport Doing Business de la Banque mondiale. Compte tenu de la grande l’attraction qui a entouré ces journées portes ouvertes, le directeur général de l’Anapi est d’avis que la bataille pour l’amélioration du climat des affaires est désormais irréversible. Anthony Nkinzo a particulièrement apprécié la réceptivité de tous les acteurs impliqués dans le train des réformes lancées dans le cadre de l’amélioration.

« Tous sont disposés à travailler dans le sens de l’amélioration du climat des affaires. Il y a une bonne dynamique. Ces trois journées portes ouvertes ont permis de la raffermir », s’est félicité le directeur général de l’Anapi.

Pari gagné pour l’Anapi

Est-ce à dire que l’Anapi a réussi son coup ? En tout cas, tous les participants à ces journées d’échanges, relevant autant du secteur public que privé, ont apprécié les échanges qui ont fait le menu de ces trois journées.

Bien évidemment, pour l’Anapi, l’enjeu était de réunir en un seul lieu tous les services de l’Etat pour présenter des avancées réalisés dans leurs secteurs respectifs dans la mise en œuvre des réformes touchant à l’amélioration du climat des affaires, tout en se mettant à l’écouter des bénéficiaires des réformes pour leur meilleure appropriation.

En fin de compte, l’exercice s’est révélé payant. En réalité, la 2ème édition des journées portes ouvertes de l’Anapi a démontré que l’amélioration du climat des affaires est véritablement une affaire de tous.

Dans tous les cas, l’amélioration du climat des affaires et des investissements est un grand chantier pour lequel l’Anapi se mobilise à fond. Depuis l’arrivée d’Anthony Nkinzo à la tête de cet établissement, la mise en œuvre des réformes a pris une autre dimension. Les journées portes ouvertes, lancées en 2018, servent désormais de vitrine et de lieu d’échanges entre acteurs étatiques et privés, pour non seulement faire l’état des lieux des réformes entreprises mais aussi baliser la voie pour des actions futures.

Pour l’Anapi, autant pour le gouvernement, l’objectif est de permettre à la RDC d’améliorer sa cotation dans le Doing Business de la Banque mondiale. C’est en novembre prochain, date de publication de Dioing Business 2020, qu’on jugera enfin de la pertinence et de la portée réelle des réformes encadrées par l’Anapi.

D’ores et déjà, son directeur général reste optimiste. « La RDC est sur la bonne voie », a-t-il indiqué au terme de ces trois d’échanges.