RDC : le groupe terroriste État islamique (EI) revendique deux nouvelles attaques à Beni (Nord-Kivu)

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  


En République démocratique du Congo, la situation sécuritaire ne fait qu’empirer. Pour preuve, le groupe terroriste État islamique (EI) a revendiqué deux nouvelles attaques contre les civils, le jeudi 23 mai 2019, dans le territoire de Beni, au Nord-Kivu.

L’AFP rapporte que la première attaque a été perpétrée à Tchanitchani où «les soldats du Califat ont donné l’assaut à des baraquements de l’armée congolaise, ce qui a conduit à en tuer et à en blesser plusieurs, tandis que d’autres ont fui ». Arrivé jeudi dans la matinée, la Société civile avait rapporté une attaque des présumés rebelles des forces démocratiques alliées (ADF) dans la localité de Samboko-Tchanitchani, située à 18 km près d’Eringeti.

Les rebelles avaient égalemnt incendié un centre de santé et emporté une dizaine de personnes dans la brousse, renseigne la même source. La deuxième attaque a eu lieu « dans le village de Kumbwa à Kamango » où « les soldats du Califat ont utilisé des armes automatiques pour viser des éléments croisés de l’armée congolaise hier » dans le village de Kumbwa à Kamango », ajoute l’AFP qui a lu le communiqué traduit de l’arabe en anglais.

Toutefois, la Société civile parle toujours d’une attaque des rebelles ADF, qui s’est déroulée mercredi contre une position de l’armée congolaise dans la localité de Musu, située à 9 kilomètres au sud-est de Kamango, en chefferie de Watalinga.

Il s’agissait d’une ancienne position de l’armée qui a été incendiée avec une dizaine de maisons de civils.

Sans donner le bilan ni l’heure, l’Etat islamique avait, via son agence de propagande, Amaq, revendiqué le 18 avril dernier une attaque perpétrée dans la localité de Bovata frontalière avec l’Ouganda.

Pour rappel, l’ambassadeur des États-Unis en RDC, Mike Hammer, a condamné ladite revendication, en s’appuyant sur les investigations afin d’étudier les mécanismes visant à éradiquer certaines forces qui s’opèrent à l’Est du pays.

H. Ntumba