L’appel de Modeste Mutinga: la vérité des salaires pour lutter contre l’enrichissement illicite

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lutte contre la corruption, le détournement des fonds publics, avec en corollaire, l’enrichissement illicite, passe par un devoir de transparence de la rémunération imposé à tous ceux qui sont investis d’un mandat public. Au Parti des démocrates pour la bonne gouvernance (PDG) de Modeste Mutinga, on se prépare à lancer une campagne nationale pour mobiliser toutes les couches de la population en vue d’exiger la publication des salaires payés à tous les commis de l’Etat, en commençant par le président de la République, les députés nationaux, les sénateurs, les membres du gouvernement et tous les mandataires de l’Etat. Modeste Mutinga est d’avis que la vérité des salaires alloués à tout fonctionnaire de l’Etat est un pas important dans la lutte contre l’enrichissement illicite.

Le Potentiel

En République démocratique du Congo, les salaires alloués aux dirigeants politiques relèvent du secret d’Etat.
Elu au suffrage universel direct, le président de la République est censé incarner les aspirations de tout le peuple congolais. A ce titre, il a droit à un traitement digne de son rang. Mais en RDC, le salaire du président de la République reste un mystère. Le peuple qui l’a élu ne sait même pas ce que gagne son président. Dans les deux Chambres du Parlement, le tableau est tout aussi sombre.
Les députés nationaux et les sénateurs sont pris en charge par l’Etat, sans que le contribuable ne sache exactement les salaires qui leur sont alloués. Les membres du gouvernement n’échappent pas à cette règle. Le Premier ministre et tous les membres du gouvernement sont bénéficiaires d’un salaire qui reste entouré d’un flou artistique.
« En RDC, la politique n’est plus une vocation, c’est devenu une profession. D’ailleurs, c’est la seule profession qui paie bien. C’est donc sans surprise qu’à chaque échéance électorale, tout le monde s’aligne pour solliciter un mandat public. L’opacité des fonds, dits invisibles, accordés aux politiciens est à la base de tous les maux qui gagnèrent la société congolaise. C’est la principale cause de l’enrichissement illicite. Sinon, comment comprendre qu’un ministre, au salaire inconnu, se tape en l’espace de quelques mois des villas, des véhicules de luxe valant des millions de dollars si ce n’est pas par la voie de corruption et de détournement des fonds publics », s’indigne Modeste Mutinga.

Appel à la mobilisation nationale
Au moment où la RDC s’engage dans un tournant décisif de son histoire, il y a aussi une révolution de mentalités qui doit s’en suivre.
Au Parti des démocrates pour la bonne gouvernance (PDG), son président, Modeste Mutinga, s’insurge contre cette opacité qui entoure les salaires alloués aux dirigeants politiques. C’est la base, dit-il, de la déliquescence de toute la société congolaise.
« Il faut mettre fin à cette pratique en levant tout pan de voile sur ce que gagne le président de la République, les députés nationaux, les sénateurs, les membres du gouvernement et tous les hauts fonctionnaires de l’Etat. Le PDG s’apprête à lancer une campagne nationale : Publiez ce que vous gagnez. Il faut que nos dirigeants nous disent clairement ce qu’ils gagnent pour éviter qu’ils se servent sur le dos de la population  », note Mutinga.
« La société congolaise, dit-il, doit se refaire sur de nouvelles bases. Pour ce faire, il faut briser certains tabous. Les salaires des dirigeants politiques ne devraient pas être un mystère. Dans les vieilles démocraties, c’est la règle. Le peuple doit connaître ce que gagnent ces mandataires. Or, chez nous en RDC, c’est tout un mystère ». « C’est pourquoi tout le monde est attiré par la politique, parce que, de plus en plus, la population croit que pour un politicien, tout est permis – jusqu’à l’enrichissement illicite », tonne Mutinga.
Alors que son parti, le PDG, pense lancer une vaste campagne nationale pour mobiliser la population congolaise à exiger des comptes de ses dirigeants, Modeste Mutinga tend la main à la Société civile et à tous les mouvements citoyens, tels que Lucha, Filimbi et Le Congolais debout.
« Nous lançons un vibrant appel vers des mouvements citoyens et des acteurs de la Société civile à se joindre à nous pour exiger toute la vérité sur les salaires des dirigeants politiques et des mandataires publics à tous les niveaux de responsabilités. Au PDG, on pense que le seul moyen de lutter contre l’enrichissement illicite, tout en limitant la dilapidation des biens publics », rappelle Modeste Mutinga, également président de l’Alliance pour l’alternance démocratique (AAC), regroupement politique de la coalition LAMUKA.

One thought on “L’appel de Modeste Mutinga: la vérité des salaires pour lutter contre l’enrichissement illicite

  1. Monsieur Mutinga, chapeau bas pour votre engagement, a travers votre article, a faire ramener la transparence dans la gestion des affaires de l’Etat. A ce titre, pouvez-vous commencer par nous dire ce que vous-meme vous gagniez en tant que senateur?

Comments are closed.