Rétablir la vérité

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Neuf ans après l’assassinat du président de La voix de sans voix, Floribert Chebeya, ainsi que son chauffeur Fidèle Bazana, des zones d’ombre persistent sur les circonstances réelles de ce double assassinat. Et chaque jour qui passe, des voix s’élèvent pour réclamer que justice soit faite. Ainsi, la vérité pourra donc éclater au grand jour.

Malgré l’organisation du procès ayant abouti à la condamnation d’un groupe d’agents et cadres de la Police nationale congolaise (PNC), les activistes des droits humains continuent de crier au scandale, considérant que les vrais assassins et commanditaires du double assassinat de ces grands défenseurs des Droits humains continuent de courir les rues.

Et que par conséquent, le procès doit être réorganisé pour qu’enfin les vrais auteurs de ce crime crapuleux soient bien identifiés et que les responsabilités soient établies.

Un test pour le nouveau régime, estiment certains analystes qui sont d’avis que Félix Tshisekedi, nouveau président de la RDC, a intérêt à faciliter l’aboutissement de cette démarche, étant donné que le peuple congolais a fondé tout son espoir sur l’avènement d’un nouveau pouvoir en RDC pour enfin construire un État de droit.

Même si d’aucuns considèrent que l’appareil judiciaire est constitué de mêmes acteurs nommés par l’ancien régime qui, selon une certaine opinion, a tout fait pour « étouffer la vérité », rien n’est encore perdu.

Avec des nouvelles révélations faites il y a quelques jours par Paul Mwilambwe, un des témoins-clés dans cette affaire que d’aucuns qualifient de crime d’État, il y a lieu de croire que tout a été fait pour occulter la vérité. Et maintenant que les Congolais croient à un État de droit, avec l’avènement de Félix Tshisekedi à la tête du pays, il est important que le procès reprenne et que les principaux suspects soient ainsi considérés comme tels.

Ainsi, l’histoire pourra être réécrite et les vrais auteurs du crime crapuleux qui a arraché Floribert et Fidèle de l’affection des Congolaises et Congolais pourront ainsi subir la rigueur de la loi.