Kasaï : le syndicat de l’Office des routes dénonce la calomnie et l’humiliation contre la direction provinciale

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Office des Routes vient de donner sa position sur l’ultimatum de 48 heures accordé par l’Assemblée provinciale à son directeur provincial de quitter le Kasaï. Il qualifie de « calomnie » et « d’humiliation », toutes les allégations de détournement de fonds, sans preuve, portées à l’endroit de Félix Kimbambe, alors directeur provincial de l’Office des routes au Kasaï.

Jackie Ngolela, C.P

« Un député provincial n’a ni qualité ni compétence de faire partir un directeur provincial de l’Office des Routes », a déclaré Claude Tshimbombo Kabasele, président national de la délégation syndicale de l’Office des routes, au cours d’un point de presse qu’il a tenu mardi 11 juin, à l’issue d’une mission officielle à Tshikapa, chef-lieu du Kasaï.

Dans son allocution, Claude Tshimbombo a qualifié de « calomnie » et « d’humiliation », toutes les allégations de détournement de fonds, sans preuve, portées à l’endroit du directeur provincial de l’Office des routes au Kasaï, Félix Kimbambe.

D’après lui, le président de la République est au courant des difficultés en matériels que connait l’Office des routes. C’est pour cette raison, a-t-il expliqué, qu’un montant important a été débloqué au service des maintenance et gestion de matériel pour chercher les pièces de rechange enfin de dépanner les engins, en vu de poursuivre les travaux. Il estime qu’il y a eu manque de connaissance, communication et d’information dans le chef du député initiateur de la motion. Pour Claude Tshimbombo, l’initiateur de la motion ne sait même pas comment les fonds ont été décaissé pour le Kasaï.

« Ni qualité ni compétence »

Répondant aux questions des journalistes, le président national de la délégation syndicale de l’Office des routes a fait remarquer que, « L’Office des routes étant une entreprise paraétatique, l’Assemblée provinciale n’a pas qualité ni compétence de donner un délai de 48 heures à son directeur provincial. L’Assemblée provinciale n’a de responsabilité sur l’Office des Routes que, sur l’argent reçu du gouvernement provincial, ce qui n’est pas le cas dans ce marché ».

Par ailleurs, Claude Tshimbombo rassure que « le régime actuel a le soucis du social de la population. Le peuple a besoin du social et le social passe par la route, parce qu’on ne peut pas parler de l’économie dans un pays sans la route ». Avant d’indiquer que « le rôle de l’Assemblée provinciale est de construire et non détruire ».

Le député provincial Hubert Ngulandjoko est l’auteur de l’interpellation du directeur provincial de l’Offices des routes au Kasaï sur l’évolution des travaux de la route Tshikapa-Kamonia-Kamako. Et le détournement présumé de fonds y alloué, dans le cadre de cent jours du Chef de l’Etat, avait conclu en demandant à Félix Kibambe de quitter la province du Kasaï endéans 48 heures.