Une gangrène

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans toutes les sociétés du monde, l’enfant est considéré comme un être fragile. Par conséquent, il a besoin d’un cadre approprié pour son éducation. Le milieu le plus privilégié pour gagner ce pari, c’est évidemment la famille. Considérée comme base de l’éducation, la famille a un rôle important à jouer. Pour preuve, c’est au sein de la famille que l’on apprend à l’enfant à discerner le bien et le mal. Un exercice ardu, mais indispensable pour l’insertion du futur adulte dans la société.

C’est pourquoi, les parents ont le devoir d’assurer une éducation de qualité à leurs enfants pour que ces derniers deviennent utiles à la société. La négligence de cette tâche débouche sur des conséquences fâcheuses dans l’avenir. Car abandonné à lui-même, l’enfant sera exposé à l’éducation diffuse. Laquelle va le pousser à se méconduire. C’est ce que nous déplorons dans beaucoup de familles actuellement. Des enfants posent des actes qui énervent la loi et demeurent parfois impunis, faute de sanctions. Comme pour qui dirait : la délinquance juvénile se porte bien en RDC.

En effet, depuis quelques jours, un cas de viol perpétré par sept garçons sur une mineure de 13 ans dans une école de la capitale défraye encore la chronique. Deux victimes sont mises aux frais. Pire, cinq autres auteurs présumés de ce viol ignoble courent les rues. Au lendemain de la sentence, bien des parents ont crié au scandale. Et pour cause. « La justice n’a pas fait convenablement son travail », déplorent-ils. Pour ces derniers, la balance s’est penchée du côté des démunis.

Si réellement « la justice élève la nation », l’acte posé par ces élèves sur la mineure devrait être puni sans complaisance. C’est de cette manière que l’on peut combattre l’impunité dans un Etat de droit. Minimiser l’infraction commise par ces élèves sur la victime, c’est cracher sur le visage des parents. Les tortures morales et physiques endurées par la fillette ne doivent pas rester impunies. Sinon, des actes similaires risquent d’être posés par d’autres hors-la-loi qui nous entourent.