Ebola : la barre des 1.500 décès franchie, l’OMS évoque des raisons financières de taille

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A cause du manque de financement, les stratégies mises en place dans la lutte contre l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo risquent d’échouer, a prévenu l’Organisation mondiale de la santé (OMS) alors que la barre des 1.500 décès a été franchie.

Sur les 98 millions de dollars nécessaires pour la riposte, l’OMS n’a reçu que 44 millions. « Aujourd’hui, nous avons un gap de 54,4 millions de dollars », a déclaré le Dr. Ibrahima Socé Fall, directeur général adjoint de l’OMS en charge des questions d’urgence, dans un entretien accordé à ONU Info.

Faute de financement, l’agence onusienne spécialisée sur les questions de santé ne sera pas en mesure de poursuivre la lutte contre Ebola dans les mêmes proportions qu’aujourd’hui. « Ça veut dire que si ces financements ne sont pas disponibles, des activités critiques vont s’interrompre et la maladie va exploser non seulement en RDC mais aussi dans toute la région », a prévenu le Dr. Fall.

« Ebola est un problème de sécurité sanitaire mondiale », a fait valoir le haut responsable de l’OMS, non sans rappeler que si le virus devient « hors de contrôle, les pays voisins seront affectés et bien d’autres pays dans le monde ».

Le dernier rapport épidémiologique de l’OMS en date du 26 juin fait état de 2.284 cas cumulés d’Ebola (2.190 confirmés et 94 probables) dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. L’agence relève un total de 1.540 décès (1.446 confirmés et 94 probables) liés au virus. A ce jour, 637 personnes ont été guéries et 328 cas suspects sont en cours d’investigation. Plus du quart des cas confirmés et probables d’Ebola concernent des enfants.

En outre, l’OMS indique que l’épidémie se poursuit à un rythme constant cette semaine. Les travailleurs humanitaires sont particulièrement préoccupés par la situation sur le site de Mabalako, en particulier dans les postes de santé d’Aloya et de Mandima qui ont été les premiers à notifier des cas d’Ebola en août et septembre 2018. Les autres sites connaissant une résurgence similaire incluent Komanda et Masereka.

Durant les trois premières semaines de juin, 67 secteurs sanitaires ont signalé de nouveaux cas d’Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Au cours de cette période, 238 cas confirmés ont été signalés. À Mabalako, plusieurs chaînes de transmission du virus ont été identifiées au sein de familles et 15 infections ont été associées à des infections liées à des établissements de santé.

Pour parler d’Ebola en Ouganda, l’OMS a indiqué ne pas avoir connaissance de nouveau cas ou décès depuis le 13 juin 2019. Au 26 juin, 108 contacts potentiellement exposés avaient été identifiés et étaient sous surveillance dans ce pays voisin de la RDC. Les contacts sont examinés quotidiennement pendant 21 jours jusqu’à la fin du suivi prévu le 3 juillet.
OMS