Improvisation théâtrale : 8 pays francophones en compétition à Kinshasa

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après avoir organisé sur son sol en 2018 et remporté la Coupe d’Afrique d’improvisation théâtrale, la RDC se voit honorée d’accueillir, cette fois-ci, du 26 août au 4 septembre 2019 à la place Échangeur, à Limete, la 15ème Coupe du monde d’improvisation théâtrale francophone (CMIT).

Bienvenu Ipan

La Coupe du monde d’improvisation théâtrale francophone (CMIT 2019) va se tenir, pour la première fois en Afrique, du 26 août au 4 septembre 2019, à la place Échangeur de Limete, à Kinshasa. Huit pays du monde dont l’Algérie, le Burkina Faso, la France, le Maroc, la Suisse, les USA et la Tunisie vont s’affronter à la place Échangeur, située à Kinshasa/Limete.

La ministre de la Culture et des Arts, Astrid Madiya, a lancé les activités de cette 15ème édition, hier mercredi 3 juillet, au cours d’une conférence de presse animée en son cabinet de travail, à Gombe.

La ministre a présenté aux professionnels des médias le trophée qui sera mis en compétition et le logo de cette Coupe du monde «afin qu’en votre qualité de quatrième pouvoir, vous puissiez en faire large échos». Elle a expliqué, en des termes simples, le concept d’improvisation théâtrale qui évoque ici une force de création spontanée de scénario, et de spectacle sans préparation. Il s’agit là d’une spécificité du théâtre, cette filière artistique qui met en scène les vices de la société et, par catharsis, nous emmène à tirer des leçons morales».

Pour sa part, le président de la Ligue nationale d’improvisation théâtrale, Patrick Kikwe, a justifié le choix de la RDC d’accueillir cette 15ème Coupe du monde. À en croire M. Kikwe, le choix fait par la LNI (Ligue nationale d’improvisation) basée au Canada se justifie par le fait que la RDC avait remporté la Coupe d’Afrique d’improvisation théâtrale organisée en 2018, à Kinshasa. Il reste convaincu qu’avec l’engagement du président Félix-Antoine Tshisekedi de propulser la culture congolaise, la RDC va remporter cette Coupe du monde à la maison. Dans son message envoyé à la Ligue d’improvisation de la RDC, le chef de l’État a recommandé : «Le théâtre doit être un moyen pour inculquer au peuple les valeurs de l’unité nationale et de l’État de droit».

Sport culturel

Pour réaliser cette victoire, le président national de cette ligue sollicite l’appui financier du gouvernement, via le ministère de la Culture et des Arts. Ce, en vue d’aider les jouteurs (compétiteurs) congolais à se mettre déjà en préparation de façon à ce que la coupe reste au pays.

Présent à cette cérémonie, le conseiller du chef de l’État en charge de la culture, des arts et des questions religieuses, Eddy Lukuna, a rassuré les organisateurs du rôle déterminant que va jouer la présidence de la République au cours de ce championnat pour que la coupe reste en RDC. C’est un sport culturel, mais qui se joue entre deux équipes à l’instar d’un match de football. Le match qui se joue pendant 45 minutes, accorde aux jouteurs une période de mi-temps (pause) de 10 minutes. Ce match d’improvisation théâtrale a été créé depuis 1977 à Montréal (Canada), où des comédiens ont compris combien le théâtre nourrit bien son homme.

En Afrique, la RDC a eu l’occasion d’avoir sa toute première équipe en 1990, grâce à l’appui du Centre Wallonie-Bruxelles et du Me Mwambay Kalengay qui a organisé une série de formations sur le match d’improvisation théâtrale à l’attention des jouteurs congolais.

Le championnat placé sous le patronage du chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi, est organisé par le ministère de la Culture et des Arts, en collaboration avec la Ligue d’improvisation théâtrale de la RDC et TracaShalom/USA.

L’improvisation théâtrale consiste à opposer deux équipes composées chacune de trois filles et trois garçons ainsi que d’un coach autour des thèmes tirés par l’arbitre. Ces thèmes sont joués à tour de rôle par les deux équipes. Le public revient à la fin pour apprécier et donner un point à l’équipe qui a non seulement bien compris le thème lui proposé mais aussi et surtout l’a bien joué.