REVUE DE PRESSE DU VENDREDI 5 JUILLET 2019

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Rétropédalage aux législatives nationales Cour constitutionnelle : le discrédit ! », titre Le Potentiel. L’on note que c’est une première dans l’histoire judiciaire de la République démocratique du Congo. La Cour constitutionnelle est revenue sur les arrêts qu’elle avait rendus auparavant en rapport avec les contentieux aux législatives nationales. Un rétropédalage qui prend date dans l’histoire politique de la RDC. Du coup, le monde politique et juridique s’est levé pour réclamer un recadrage des procédures devant cette cour. Ce discrédit relance une fois de plus l’urgence de réformer tout le système judiciaire congolais.

À ce sujet, actualite.cd rapporte : « Erreurs matérielles : l’Église protestante appelle à « repenser » les mécanismes juridictionnels ». À voir le nombre élevé de contestations autour des traitements de contentieux électoraux et, le nombre élevé de révisions des arrêts de la Cour constitutionnelle, l’ECC s’interroge sur la notion d’erreurs matérielles face à la substance de l’article 168 de la Constitution. »

L’Avenir de son côté interroge : «  Après la correction des erreurs matérielles à la Cour constitutionnelle, À quand la publication des résultats définitifs ? » Pour ce journal,si la Haute Cour a procédé à la correction des erreurs matérielles, c’est parce que, entre autre, la clameur publique avait dénoncé des soupçons de corruption dans le chef de certains juges. Maintenant que les erreurs ont été corrigées, la Cour constitutionnelle peut-elle confirmer ces faits ? L’interrogation demeure et L’Avenir note que les Congolais, eux,  attendent des actes susceptibles de crédibiliser à nouveau cette Cour.

Pour sa part, la radio Top Congo annonce que la Chambre spéciale de la Cour constitutionnelle a bouclé le dossier contentieux électoral. Elle précise que deux arrêts importants ont été rendus publics très tard la nuit. Le premier arrêt proclame les résultats définitifs  des élections législatives nationales et le second c’est celui proclamant les résultats définitifs de la sénatoriale.

Autres sujets, « Apres l’interpellation de Fatshi et les ratés des deux dernières législatures. Porte-parole de l’opposition : cette fois-ci sera-t-elle la bonne ? » interroge Forum des As. La question qui se pose est celle de savoir si, après l’interpellation de Félix Tshisekedi à partir de Bunia, et les rendez-vous manqués des deux précédentes législatures, l’Opposition va cette fois-ci, évacuer l’hypothèque de la désignation de son porte-parole. Autrement dit, cette fois-ci sera-t-elle la bonne ? Les mêmes causes produisant les mêmes effets, plus d’un analyste averti anticipe pour dire qu’il sera difficile pour l’opposition, de se doter d’un porte-parole. Car, les postures actuelles, sur fond de calculs politiques, ne concourent pas à l’atteinte de cet idéal.

« Session extraordinaire : vers un rendez-vous manqué ! », écrit La Prospérité. L’on note que si le 15 juillet 2019, l’Assemblée nationale n’est  toujours pas convoquée en  session extraordinaire, dépassée cette date, il sera définitivement impossible que les Députés nationaux soient conviés à l’hémicycle du Palais du peuple avant la reprise de la session ordinaire prévue le 15 septembre prochain. Tenez !  Selon les dispositions du Règlement intérieur de cet organe délibérant, une session extraordinaire ne peut pas être convoquée le dernier mois de vacance parlementaire. Quoique cette Institution n’ait pas élagué quelques matières urgentes lors de la session ordinaire de mars notamment, celle qui concerne l’investiture des membres du gouvernement, il se pourrait que ladite session extraordinaire ne soit qu’un rendez-vous manqué.

« Mabunda et Thambwe à la tête du Parlement pour quel résultat ? » C’est la Une de Congo Nouveau. Ce tri-hebdomadaire commente qu’il s’agit ici de deux personnalités connues de l’opinion publique congolaise pour avoir occupé d’importantes fonctions d’Etat au pays. Très critique, le tabloïd note que pour la première, on retient d’elle une gestion calamiteuse de la chose publique, notamment la transformation des entreprises du Portefeuille ; et pour le second, la question du passeport ainsi que son passage au Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) et au Mouvement de Libération du Congo (MLC) font débat. Toutes les deux personnalités sont les fruits du mobutisme pur ; un parcours commun, écrit ce journal.

« Non content du déficit communicationnel des actions du Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi : Paul Kapita Shabangi brise son silence », écrit Impact News. L’un des 13 parlementaires signataires de la lettre ouverte contre Mobutu revient sur les grandes œuvres réalisées en 100 jours et salue la bravoure du duo Kabund-Kabuya qui a réussi à porter le parti à la magistrature suprême.

« RDC: des milliers de déplacés après des affrontements contre des milices à Djugu », écrit Rfi.fr. Le site rapporte qu’à cause des violences dans le territoire de Djugu, dans la province de l’Ituri, au moins 300 000 personnes ont été déplacées depuis avril en RDC. L’armée a annoncé avoir démantelé le groupe armé qui serait l’origine des tueries. Mais malgré cette opération, l’insécurité continue et provoque d’autres déplacements massifs des populations.

Pitshou MULUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *