REVUE DE PRESSE DU JEUDI 11 JUILLET 2019

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Tout en soutenant la candidature d’Alexis Thambwe Mwamba, Des élus et cadres de l’AFDC-A tournent le dos à Bahati », titre L’Avenir. L’on note que quarante-huit heures après la suspension à durée indéterminée du sénateur Modeste Bahati Lukwebo du Front Commun pour le Congo, l’on assiste de plus en plus à des déclarations allant dans le sens de soutenir la décision prise par cette méga plateforme politique et électorale. Ainsi, celui qui ne doit plus représenter l’AFDC-A au sein du FCC, commence à être isolé. Pour plusieurs observateurs de la scène politique congolaise, Modeste Bahati, même s’il rejoint CACH, n’aura pas assez de manœuvres pour s’imposer. Et ce, quel que soit son poids politique actuel.

« Bahati : un nouveau leadership pour contrer le FCC », c’est la Une du journal Le Potentiel. Pour ce tabloïd, au sein du FCC, Modeste Bahati n’était pas un nain politique. Il figurait parmi les têtes pensantes de la plateforme politique créée par Joseph Kabila à la veille des élections générales du 30 décembre 2018. À ce titre, le revirement de Modeste Bahati n’est pas un fait isolé. C’est un acte de haute portée politique qui va certainement bousculer les lignes. Au sein du FCC, des signes de friction sont déjà visibles.

Le Phare titre à ce sujet : « Parlement : la majorité du FCC en ballottage ! » L’on note que le retrait de l’AFDC-A avec 44 députés nationaux et 13 sénateurs, est perçu par nombre d’observateurs comme un signe annonciateur de la recomposition de la majorité à l’Assemblée nationale et au Sénat. On retient d’emblée que le FCC qui revendiquait les ¾ des effectifs au sein de la Chambre basse du Parlement, doit revoir ses calculs car ce n’est plus le cas. En effet, tout peut changer du jour au lendemain si les indécis qui peuplent les rangs de ce regroupement politique à l’Assemblée nationale ainsi que les élus de l’Ensemble de Moïse Katumbi, du MLC et d’autres plates-formes satellitaires s’avisaient à faire bloc avec ceux de Cach contre le FCC.

Et dans son éditorial, Forum des As note : « FCC-CACH : un parfum de transhumance ». L’on note que dans cet attelage FCC-CACH où  » le chacun pour soi et la coalition pour tous  » semble l’emporter sur  » le tous pour un et un pour tous «, la composante chère au tandem FATSHI-Vital a conscience du rapport de forces. Alors, dégraisser un peu le mammouth de Kingakati ou le voir dégraissé -c’est selon- ne déplairait pas à la Cité de l’UA. D’autant que Modeste Bahati trône sur une rente politique à faire pâlir d’envie.

« L’effet Kengo recherché. Sénat : Jusqu’où irait Bahati ? » interroge La Prospérité. Ramant à contre-courant, Modeste Bahati Lukwebo, l’homme seul de l’AFDC & Alliés, le cavalier solitaire, affrontera Alexis Thambwe Mwamba, le candidat préféré de Joseph Kabila, l’Autorité Morale du FCC. Le duel s’annonce chaud, annonce-t-on, dans les parvis de ces deux candidats. Ils l’ont vu viré, lui, qui voulait, semble-t-il, éviter le mauvais casting du FCC au Sénat. Ils ont, peut-être, oublié qu’en son temps, en des circonstances presque similaires, Léonard She Okitundu, désigné comme cela l’est aujourd’hui pour Alexis Thambwe Mwamba par Joseph Kabila, l’Autorité Morale de l’ex-AMP, fut battu à plate couture par Léon Kengo wa Dondo. Et, pourtant, ce dernier n’avait, à priori, aucune chance de remporter cette élection qui n’avait, d’ailleurs, souffert d’aucun recours en contestation des résultats.

Autres sujets, « Scrutin du gouverneur et vice-gouverneur. Sankuru : le énième report suscite des tensions », écrit Forum des As. Initialement prévu, hier mercredi 10 juillet prochain, ce scrutin a été reporté à l’issue de la plénière convoquée pour la circonstance par le bureau de l’assemblée provinciale pour des raisons d’ordre technique et opérationnel. Les rumeurs sur ce report étaient confirmées hier mercredi par une radio locale émettant à partir de Lusambo. Lodja, territoire d’origine de deux challengers, était sous haute tension hier. La police a renforcé son dispositif sur les grandes artères.

À ce sujet, Ouraganfm.com rapporte la manifestation des étudiants sankurois devant le bâtiment de la CENI pour exprimer leur profond mécontentement quant au énième report de l’élection du gouverneur et vice-gouverneur pourtant prévue mercredi mais renvoyée au 20 juillet par la centrale électorale.

La fronde contre Les membres de la Cour constitutionnelle prend de l’ampleur. Scooprdc, Le Potentiel et La Prospérité ont porté haut la voix du parti politique « Actions Alternatives pour la Renaissance du Congo» (AARC) qui a perdu deux sièges à l’Assemblée nationale. Cette formation politique membre du regroupement « Action Alternative pour le Bien-être et le Changement » (AAB) et membre du FCC, dénonce l’injustice de la Cour Constitutionnelle « instrumentalisée par le PPRD ». « AARC qui dénonce l’arbitraire dans l’invalidation de deux de ses élus, appelle le président de la République, garant du bon fonctionnement des institutions, au nom duquel les décisions de justice sont exécutées, d’user du pouvoir lui reconnu par la Constitution afin de laver l’image ternie de l’appareil judiciaire », écrit Le Potentiel.

« Grands lacs : Kagamé, Museveni et Lourenço autour de Félix Tshisekedi ce vendredi à Luanda », annonce actualite.cd. Les présidents Paul Kagame (Rwanda), Yoweri Museveni (Ouganda) et João Lourenço (Angola) seront en réunion quadripartite ce vendredi 12 Juillet 2019 dans la capitale angolaise sous la présidence du président Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo (RDC). La sécurité et les « questions régionales » seront au centre du sommet, selon le président angolais.

« La RDC commémore pour la première fois la Journée africaine de lutte contre la corruption ». C’est à lire dans mediacongo.net qui relaie l’ACP. C’est pour la première fois que la RDC commémore cette journée. Et c’est ce jeudi 11 juillet 2019. Selon un communiqué de l’Observatoire de surveillance de la corruption et de l’éthique professionnelle (OSCEP), le thème pour cette année est : «Vers l’élaboration d’une position africaine commune sur le recouvrement des avoirs». Il est prévu, sauf changement de dernière minute, que la cérémonie de cette commémoration soit présidée par le Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Au cours de cette solennité, les participants suivront la présentation des recommandations du 31ème Sommet des Chefs d’Etat africains sur la lutte contre la corruption, tenue en Mauritanie en juillet 2018.
Pitshou MULUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *