Au-delà des antagonismes politiques : Tshisekedi propulse Matungulu à la BAD

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alors que la principale plateforme de l’opposition, LAMUKA, projette une réunion, le samedi 20 juillet à Lubumbashi, l’un de ses cinq leaders, à savoir Freddy Matungulu, vient d’être élevé au rang d’administrateur de la Banque africaine de développement (BAD). Une nomination rendue possible grâce à l’implication du chef de l’Etat. C’est dire qu’au-delà des antagonismes politiques, le chef de l’Etat a fait honneur à l’expertise en portant son choix sur le professeur Freddy Matungulu. Quant à LAMUKA, la poursuite de son combat politique devrait désormais se faire sans Matungulu. Coup dur !

Le Potentiel

Entre LAMUKA et le professeur Freddy Matungulu, l’un de ses cinq leaders, les chemins sont sur le point de diverger. Des sources internes de la Banque africaine de développement (BAD) confirment la nomination de Freddy Matungulu aux fonctions d’administrateur de cette prestigieuse banque panafricaine de développement.

Dans les milieux politiques de la RDC, la nouvelle s’est propagée comme une traînée de poudre, alimentant les échanges dans différents états-majors politiques. Pour une bonne raison d’ailleurs. Car, pour être porté aux fonctions d’administrateur, le professeur Freddy Matungulu a obtenu en dernier ressort le soutien du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi.

De la présidence de la République, l’on apprend que le professeur Matungulu a rendu de la plus belle des manières l’ascenseur au président de la République en lui présentant, à travers une correspondance lui adressée, ses remerciements pour avoir soutenir sa nomination à la BAD.

Quand on sait que le président de la BAD, le Nigérian Akinwumi Adesina, a séjourné dernièrement à Kinshasa, après avoir rencontré le président Félix Tshisekedi aux assemblées annuelles de la BAD, tenues en mai dernier en Guinée Equatoriale, il ne fait l’ombre d’aucun doute qu’il a pesé de tout son poids dans la nomination de Freddy Matungulu.

Dans ses nouvelles fonctions d’administrateur, Freddy Matungulu va représenter la RDC, le Congo/Brazzaville, la République Centrafricaine, le Burundi, le Tchad et le Cameroun au Conseil d’administration de la BAD.

Un coup dur pour LAMUKA

Ils étaient six leaders sur la ligne de départ de la coalition LAMUKA, principale force politique de l’opposition en RDC. Aujourd’hui, ils ne sont plus que quatre. Le premier, Antipas Mbusa Nyamwisi, a quitté le bateau LAMUKA pour pouvoir, a-t-il soutenu, bénéficier de suffisamment de liberté et se consacrer à son fief électoral frappé de plein fouet par la maladie à virus Ebola. Quelques semaines plus tard, c’est au tour de Freddy Matungulu de prendre ses libertés pour œuvrer au sein de la BAD.

En interne, la nomination de Freddy Matungulu tombe à la veille de la rencontre de LAMUKA prévue le 20 juillet à Lubumbashi. Lorsque l’on sait que le nouvel administrateur de la BAD devait prendre le bâton de LAMUKA des mains de Moïse Katumbi, actuel coordonnateur dont le mandat arrive à terme à la fin de ce mois. Amputés de deux de ses membres, LAMUKA joue son avenir d’autant que d’ici à fin juillet, d’aucuns se demandent combien de leaders il restera sur ce navire à destination.

A tout prendre, le départ de Freddy Matungulu, précédé par celui de Mbusa Nyamwisi, la charte de LAMUKA devra subir des modifications, notamment en ce qui concerne de la coordination tournante du présidium. Sans anticiper sur la nouvelle configuration ou, dans le cas absurde, la disparition de la principale force de l’opposition, il est clair que LAMUKA ne manquera pas à reconsidérer sa ligne politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *